Histoire horrible d’un homme plus qu’enragé qui a égorgé et mangé sept enfants

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Histoire horrible et effroyable d’un homme plus qu’enragé qui a esgorgé et mangé sept enfans dans la ville de Chaalons en Champagne.

1619



Histoire horrible et effroyable d’un homme plus qu’enragé qui a esgorgé et mangé sept enfans dans la ville de Chaalons en Champagne. Ensemble l’execution memorable qui s’en est ensuivie.
S. L. ni D. In-8.

Une maudicte et execrable creature, vouée et destinée à Sathan, un homme scelerat et pire qu’antropophage, s’est trouvé dans la ville de Chaalons en Champagne, faisant profession d’hospitalité et de loger les pauvres passans allans et venans dans la dicte ville, qui, poussé d’une furieuse rage et plus qu’un cannibale, sous ce specieux pretexte de pieté et devoir et de devoir d’humanité, a exercé la plus atroce barbarie et inhumanité qui se puisse inventer et sortir de la pensée d’un homme raisonnable.

Ce boureau inhumain, par je ne sçay quelle sorte de friandise, avoit accoustumé d’attirer chez soy les petits enfans de la ville, qui, surprins par son traitre caquet, se plaisoient d’aller jouer en sa maison, et par bande et compagnie, comme c’est l’ordinaire façon de jouer des enfans en bas aage, qui se mènent et se trainent l’un l’autre en tous lieux pour se recreer ensemble. Par plusieurs et diverses fois, il les avoit recreez chez soy auparavant qu’il commençast d’executer sur les pauvres petits son funeste et horrible dessein ; et comme il se mit en fantasie ceste miserable resolution, il les laissoit entrer et penetrer fort avant dedans son logis sept à la fois ; puis, fermant la porte sur luy, de sept qu’ils estoient, il en retenoit un et laissoit aller les autres six ; et celuy qui estoit retenu après les autres sortis estoit par ce malheureux homme incontinent esgorgé et sur-le-champ haché et mis en pièces, dont partye estoit par luy bouillie, une autre rostie et l’autre fricassée, se repaissant luy et les siens de ceste cruauté, et en reservoit quelque reste qu’il faisoit manger le lendemain à la première bande de petits enfants qui se venoient jouer en son logis.

Sous ceste friandise, ils se plaisoient à la compagnie de ce cruel inhumain et ne se pouvoient passer d’y aller et s’y mener l’un l’autre, comme les enfans s’adonnent volontiers d’aller en lieux où l’on leur donne quelque chose: si bien que jusques à sept fois ils se trainent et se portent au malheur en ce maudit logis, et à toutes les fois il sçeust en escarter le plus beau de la compagnie pour le massacrer et le devorer comme un loup enragé, ou, pour mieux dire, un vray et parfait loup-garou, de telle sorte qu’il en esgorgea et devora jusqu’à sept. Pendant tout cecy s’estoit vue grande desolation en la dicte ville de voir les pères et mères chercher, pleurans et lamentans, leurs pauvres enfans massacrez. On s’enqueste des lieux où ils ont accoustumé d’aller se resjouir ensemble, et ne peut-on avoir nouvelle de ce qu’ils sont devenus.

Finallement, par le mesme rapport des enfans leurs camarades, on descouvre le fait, et asseurent qu’entrant six, sept ou huit au logis de ce faux hospitalier, il en restoit un de leur compagnie qui se perdoit là dedans, et ne sçavoient quel il estoit devenu. On le soubçonne du faict et decrette-on aussi tost le coupable, qui est arresté prisonnier ainsi qu’il se pensoit sauver dedans un cul de sac. Arresté qu’il est, on prend et saisit ses enfans, l’un desquels, estant interrogé du juge sur le faict que dessus, confesse que la verité estoit qu’il en avoit esgorgé et mangé quatre ou cinq, et que mesme il leur en avoit fait manger. Confrontez devant leur père, rendirent mesme tesmoignage, voire, qu’il en avoit esgorgé plus qu’ils ne disoient. Le procès fait et parfait, ce criminel, atteint et convaincu de telles impietez, est condamné par sentence des juges des lieux d’estre bruslé vif au dit Chaalons.

Appel de ce au parlement de Paris, qui confirme le mesme sentence et renvoye le prisonnier à son premier jugement. Estant donc de retour en la dicte ville on procède à l’execution, et est conduit dans la grande place du Marché-au-Bled de la dicte ville, et là est attaché avec chaines contre un poteau, despouillé nud, fors trois chemises que les bonnes dames de ce pays-là fournissent ordinairement aux suppliciez. On commence d’allumer le feu à ses pieds, qui lui brusle incontinent les entrailles, et, ayant bruslé la corde qui luy tenoit les mains liées, il prend le bois ardant avec les mains et le jette contre les assistans, faisant des cris et hurlemens horriblœ comme d’un homme qui mouroit enragé au milieu des flammes dans lesquelles il perit, et furent les cendres de son corps dissipées par levent, selon la teneur de la sentence.