100 percent.svg

Hymnes homériques/À Aphroditè 2

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Traduction par Leconte de Lisle.
A. Lemerre (p. 420-421).

HYMNE IV.

À la Même.

Je chanterai Aphroditè, belle, vénérable, qui a une couronne d’or, à qui ont été données en partage les citadelles de la maritime Kypros, où la force humide du souffle de Zéphyros la porta, dans la molle écume, sur l’eau de la mer aux bruits sans nombre.

Et les Heures aux bandelettes d’or l’accueillirent avec bienveillance et la couvrirent de vêtements ambroisiens. Et elles mirent sur sa tête ambroisienne une belle couronne d’or bien travaillée, et, dans ses oreilles percées, des fleurs de laiton et d’or précieux. Et elles ornèrent son cou délicat et sa blanche poitrine des colliers d’or dont elles-mêmes, les Heures aux bandelettes d’or, étaient ornées, quand elles s’unirent au chœur aimable des Dieux, dans les demeures de leur père.

Et l’ayant ainsi ornée sur tout son corps, elles la conduisirent aux Immortels. Et ceux-ci, l’ayant vue, la saluèrent et lui tendirent les mains, et chacun désira la prendre pour femme encore vierge et la conduire dans sa demeure. Et ils admiraient la beauté de Kythéréiè couronnée de violettes.

Salut, douce comme le miel, aux paupières arrondies ! Donne-moi la victoire dans ce combat, et orne mon chant ! Et moi, je me souviendrai de toi et des autres chants.