Hymnes homériques/À Dèmètèr

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Leconte de Lisle.
A. Lemerre (p. 426).

HYMNE XI.

À Dèmètèr.

Je commence par chanter Dèmètèr aux beaux cheveux, vénérable Déesse, elle et sa fille, la très belle Perséphonéia.

Salut, Déesse ! Conserve cette ville et préside à mon chant.