Imitation de Jésus-Christ/Livre 3/Chapitre 36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Contre les vains jugements des hommes.


Fixe en moi de ton cœur tous les attachements,
sans te mettre en souci de ces vains jugements

que les hommes en voudront faire :
l’innocence leur doit un mépris éternel,
lorsque l’âme droite et sincère
dans ses replis secrets n’a rien de criminel.

Quand on souffre pour moi les injustes discours,
la plus dure souffrance a de charmants retours,
qui sentent la béatitude :
l’humble qui se confie en son Dieu plus qu’en soi
jamais n’y trouve rien de rude,
et relève d’autant son espoir et sa foi.

Plusieurs parlent beaucoup sans être bien instruits,
et leur témérité sème tant de faux bruits,
qu’on croit fort peu tant de paroles :
ne conçois donc, mon fils, ni chagrin ni courroux
pour leurs discernements frivoles,
puisqu’il n’est pas en toi de satisfaire à tous.

Paul même, dont l’ardente et vive charité
se donnoit avec tous tant de conformité
qu’il étoit tout à tout le monde,
ne put si bien conduire un si noble dessein,
que sa vertu la plus profonde
ne passât pour un crime au tribunal humain.


Bien qu’il n’épargnât rien pour le salut d’autrui,
bien qu’il fît sans relâche autant qu’il fût en lui,
bien qu’en lui tout fût exemplaire,
il ne put empêcher que de mauvais esprits
ne fissent de quoi qu’il pût faire
un jugement sinistre et d’injustes mépris.

Il remit tout à Dieu, qui connoissoit le tout,
et quoique assez souvent on le poussât à bout
par la calomnie et l’outrage,
contre tous les auteurs de tant d’indignité
les armes que prit son courage
furent sa patience et son humilité.

Au gré de leur caprice ils eurent beau parler,
ils eurent beau mentir, médire, quereller,
à se taire il mit sa défense ;
ou si de temps en temps sa bouche l’entreprit,
ce fut de peur que son silence
ne laissât du scandale en quelque foible esprit.

Peux-tu donc te connoître, et prendre quelque effroi
de quoi que puisse dire un mortel comme toi,
qui comme toi n’est que poussière ?

Tu le vois aujourd’hui tout près de t’accabler,
et dès demain un cimetière
cachera pour jamais ce qui te fait trembler.

Tu le crains toutefois, tu pâlis devant lui ;
mais veux-tu t’affranchir d’un si pressant ennui ?
Chasse la crainte par la crainte :
crains Dieu, crains son courroux ; et ton indigne peur,
par ces justes frayeurs éteinte,
laissera rétablir le calme dans ton cœur.

Les injures ne sont que du vent et du bruit ;
et quiconque t’en charge en a si peu de fruit,
qu’il te nuit bien moins qu’à soi-même :
pour grand qu’il soit en terre, un Dieu voit ce qu’il fait,
et de son jugement suprême
il ne peut éviter l’irrévocable effet.

Tiens-le devant tes yeux, à toute heure, en tout lieu,
ce juge universel, ce redoutable Dieu,
et vis sans soin de tout le reste ;
quoi qu’on t’ose imputer, ne daigne y repartir,
et dans un silence modeste
trouve, sans t’indigner, l’art de tout démentir.

Tu paroîtras peut-être en quelque occasion
tout couvert d’infamie ou de confusion,

malgré ce grand art du silence ;
mais ne t’en émeus point, n’en sois pas moins content,
et crains que ton impatience
ne retranche du prix du laurier qui t’attend.

Quelque honte à ton front qui semble s’attacher,
souviens-toi que mon bras peut toujours t’arracher
à toute cette ignominie,
que je sais rendre à tous suivant leurs actions,
et sur l’imposture punie
élever la candeur de tes intentions.