Imitation de Jésus-Christ/Livre 3/Chapitre 38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

De la bonne conduite aux choses extérieures, et du recours à Dieu dans les périls.


Quelque chose, mon fils, qui t’occupe au dehors,
conserve le dedans vraiment libre et tranquille,
et te souviens toujours que de ces deux trésors
la conquête est pénible, et la perte facile.
En tout temps, en tous lieux, en toutes actions,
ce digne épurement de tes intentions
doit garder sur toi-même une puissance égale,
t’élever au-dessus de tous les biens humains,
sans permettre jamais que ton cœur se ravale
sous l’objet de tes yeux, ou l’œuvre de tes mains.

Ainsi, maître absolu de tout ce que tu fais,
et non plus de tes sens le sujet ou l’esclave,
tu te verras partout affranchi pour jamais
de ce qui t’importune et de ce qui te brave.

Tu quitteras l’égypte en véritable hébreu,
qu’à travers les déserts la colonne de feu
guide, sans s’égarer, vers la terre promise ;
et de tous ennemis tes exploits triomphants
passeront, en dépit de toute leur surprise,
au partage que Dieu destine à ses enfants.

Mais ces enfants de Dieu, sais-tu bien ce qu’ils sont ?
Pour être de leur rang, sais-tu ce qu’il faut être ?
Sais-tu quelle est leur vie, et quels projets ils font ?
à quelle digne marque il te les faut connoître ?
De tout ce qui du siècle attire l’amitié
ces esprits épurés se font un marchepied,
pour voir d’autant plus près l’éclat des biens célestes ;
et leur constance est telle à conduire leurs yeux,
que quoi qui se présente à leurs regards modestes,
le gauche est pour la terre, et le droit pour les cieux.

Bien loin que des objets le dangereux attrait
jusqu’à l’attachement abaisse leur courage,
ils savent ramener par un contraire effet
leur plus flatteuse amorce au bon et saint usage :
en vain un vieil abus en grossit le pouvoir ;
ils savent les réduire au sincère devoir
que l’auteur souverain leur a voulu prescrire ;
et comme en faisant tout il n’a rien négligé,
ils savent rejeter sous un si juste empire
tout ce qu’un long désordre en auroit dégagé.


Tiens-toi ferme au-dessus de tous événements :
que leur extérieur ne puisse te surprendre ;
et jamais de ta chair ne prends les sentiments
sur ce qu’on te fait voir, ou qu’on te fait entendre.
De peur d’être ébloui par leur illusion,
fais ainsi que Moïse à chaque occasion,
viens consulter ton Dieu sur toute ta conduite :
sa réponse souvent daignera t’éclairer,
et tu n’en sortiras que l’âme mieux instruite
de tout ce qui se passe, ou qu’il faut espérer.

Ce grand législateur qui publioit mes lois
ainsi sur chaque doute entroit au tabernacle,
sur chaque question il écoutoit ma voix,
et mes avis reçus, il prononçoit l’oracle.
De quelques grands périls qu’il fût embarrassé,
quelques séditions dont il se vît pressé,
il fit de l’oraison son recours ordinaire :
entre, entre à son exemple au cabinet du cœur,
et pour tirer de moi le conseil nécessaire,
du zèle en tes besoins redouble la ferveur.

Josué son disciple, et les fils d’Israël
dont l’imprudence aveugle excéda ces limites,
pour n’avoir pas ainsi consulté l’éternel,

se virent abusés par les Gabaonites :
le flatteur apparat d’un discours affecté,
s’étant saisi d’abord de leur crédulité,
mit la compassion où la haine étoit due ;
ils perdirent des biens qui leur étoient promis,
et le charme imposteur de leur pitié déçue
dedans leur propre sein sauva leurs ennemis.