100%.png

Ingres d’après une correspondance inédite/XLIV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  XLIII.
XLV.  ►

XLIV
Paris, 10 décembre 1842.

Mes continuelles négligences m’amènent quelque petit reproche, mais si amical qu’il me touche d’autant. Je suis heureux de ta générosité, et je te lis avec un plaisir indicible. Ce que je puis dire cependant pour éternelles raisons, c’est le peu de temps que j’ai pour écrire.

Je viens de terminer tout à fait mon Saint Pierre et je puis dire aussi, cette fois, à mon contentement et à celui de mes meilleurs juges. Cependant, j’attends d’en avoir fait tirer des daguerréotypes et de le vernir, avant de le montrer au public. Cet ouvrage est un des meilleurs, par toutes les louables qualités de peinture, dessin et couleur. Il ira au Luxembourg.

Mais il me reste bien des queues à arracher, deux portraits de femme à finir, deux figures (carton) de saints à faire, un Saint Ferdinand à finir et à fournir quelques études à Pradier le graveur, à refaire le vitrail de la figure l’Espérance, une copie du portrait du Due pour le Roi et la surveillance d’une autre pour le Ministre de l’Intérieur, (celui-ci doit servir à donner des copies aux villes du royaume), quelques portraits à dessiner par force ; et tout cela, en même temps que je dois tracer l’Age d’Or et ses études, tout cela d’ici au mois de mai où j’ai promis d’aller l’installer à Dampierre.

Éh ! bien, moi, je suis toujours pressé, englue par le monde et les amis. Les amis ! je les aime de tout mon cœur, mais leur affection me prend une partie de mon temps. J’envie le sort du plus petit artisan qui remplit sa petite journée et qui est cent fois plus libre que moi, et par conséquent plus heureux, car il n’y a que la liberté de son temps a envier dans ce monde.

Et toi, avec cette liberté et ton intelligence, jouis de ta position et sois heureux, comme je le souhaite. Tu as dû recevoir la caisse, en bon état. Remercie, en mon nom, le Maire et tous ceux qui s’occupent de moi dans notre chère ville. J’ai lu avec orgueil l’article du journal que tu m’as envoyé.

Notre Cambon, que j’ai revu avec plaisir, se remet à travailler. Je ferai tout pour lui, tu n’en doutes pas. Je te fais passer le reçu d’Ottin, etc… Je suis heureux avec toi du bonheur que te procurent la musique et les belles partitions…