Invectives/Cognes et flics

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
InvectivesVanierŒuvres complètes, volume III (p. 398-400).


XLVII

COGNES ET FLICS


Autrefois j’aimais les gendarmes.
Drôle de goût, me direz-vous…
Enfin je leur trouvais des charmes,
Non certes au-dessus de tout,

Mais je les gobais tout de même,
Comme on prise de bons enfants.
Élite de l’armée et crème
Et fleur, ils m’étaient triomphants !

Leurs baudriers et leurs bicornes,
Si bien célébrés par Nadaud,
D’une sécurité sans bornes
Flattaient mon âme de badaud.


Puis, ils lampent le petit verre
Avant comme après le repas
D’un geste plus ou moins sévère
Et je ne le détestais pas.

Je trinquais avec des brigades,
Et nous buvions à nos amours.
Comme il sied avec des troubades,
C’était moi qui payais toujours…

Depuis je constate avec peine
Qu’ils sont des rosses vous dressant
Procès-verbal à perdre haleine,
Quand ils jugent le cas pressant.

La douille manque à la caserne.
Or voici, grâce à tels délits,
Qu’ils fabriquent d’un style terne,
Les budgets qu’il faut, rétablis.

À moi, les chouias, les macaches !
Désormais je me voue au chant
National de « Mort aux vaches ! »
Fussé-je pris pour un méchant…

Comme aussi les sergents de ville :
J’avais un estime pour eux !

Protecteurs de la paix civile,
De l’ordre gardiens valeureux,

Rempart du Bien, terreur du Crime,
Ils me semblaient, naïveté !
Une apparition sublime
D’anges veillant sur la cité…

Hélas ! c’est encor : « Mort aux vaches ! »
Qu’il faut crier quand on les voit.
Massacreurs féroces et lâches,
Mouchards, non point maquereaux, soit

Mais tout comme, ivrognes qu’indure
Plus d’un rogomme monstrueux…
Et le héros se dénature
En un drôle imperpétueux.