100%.png

Ivanhoé (Scott - Dumas)/XXXVI

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Alexandre Dumas.
Michel Lévy (Tome 1 et 2p. 154-164).

XXXVI

Albert de Malvoisin, président ou, en langage de l’ordre, précepteur de l’établissement de Templestowe, était le frère de ce Philippe de Malvoisin dont nous avons déjà parlé plusieurs fois dans le cours de cette histoire, et, ainsi que ce baron, il était étroitement lié avec Brian de Bois-Guilbert.

Parmi les hommes dissolus et sans principes déjà trop nombreux dans l’ordre du Temple, on pouvait distinguer Albert ; mais différant en cela de l’audacieux Bois-Guilbert, qu’il savait étendre sur son ambition le voile de l’hypocrisie, et remplacer son manque de religion par une apparence de fanatisme superstitieux.

Lors même que l’arrivée du grand maître n’eût pas été si soudaine et si inattendue, il n’y aurait rien eu à Templestowe qui eût décelé un relâchement de discipline, et même, quoique pris à l’improviste et jusqu’à un certain point découvert, Albert de Malvoisin écoutait avec tant de respect et de contrition apparente les réprimandes de son supérieur, il mettait un tel empressement à réformer tout ce qui avait encouru sa censure, en un mot, il réussissait si bien à donner un aspect de dévotion ascétique à une société adonnée à la licence et au plaisir, que Lucas de Beaumanoir commença à concevoir une opinion plus élevée des mœurs du commandeur que celle qu’il en avait eue au premier moment.

Mais les sentiments favorables du grand maître furent considérablement altérés quand il apprit qu’Albert avait reçu dans une maison religieuse une juive captive, et, ce qui était à craindre, la maîtresse d’un chevalier de l’ordre. Quand Albert se présenta devant lui, Beaumanoir le regarda avec sévérité.

— J’apprends, dit-il, que, dans cette maison, consacrée à Dieu et au saint ordre du Temple, une femme juive a été amenée par un frère en religion, et vous avez souffert qu’elle y fût introduite, sire commandeur ?

Albert de Malvoisin resta confus et interdit ; car la malheureuse Rébecca avait été enfermée dans une partie du bâtiment reculée et secrète, et toutes les précautions avaient été prises pour y dissimuler sa présence. Il lut dans les regards de Beaumanoir sa ruine, ainsi que celle de Bois-Guilbert, s’il ne trouvait quelque moyen de détourner l’orage.

— Pourquoi gardez-vous le silence ? continua le grand maître.

— M’est-il permis de répondre ? demanda le précepteur d’un ton de voix empreint de la plus grande humilité, bien que, par cette question, il n’eût voulu que gagner un instant pour mettre de l’ordre dans ses idées.

— Parlez, je vous le permets, dit le grand maître. Parlez, et dites-moi si vous connaissez le chapitre de nos règles : De commilitionibus Templi, in sancta Civitate, qui cum miserrimis mulieribus versantur, propter oblectationem carnis ?

— Assurément, très révérend père, reprit le précepteur, je n’ai pu atteindre à cet office dans notre ordre sans connaître une de ses défenses les plus sérieuses.

— D’où vient donc, je le demande encore une fois, que tu aies souffert qu’un de nos frères introduisît ici une maîtresse, et qui plus est, une sorcière juive, pour la souillure de cette demeure ?

— Une sorcière juive ! s’écria Albert de Malvoisin. Que les bons anges veillent sur nous !

— Oui, mon frère, une sorcière juive, dit le grand maître sévèrement, je l’ai dit. Ose nier que cette Rébecca, la fille de ce vil usurier Isaac d’York, et l’élève de cette sorcière impure Myriam, soit en cet instant… quelle honte de le penser et de le dire ! soit logée dans l’enceinte de cette préceptorerie qui t’est confiée !

— Votre Sagesse, mon révérend père, répondit le précepteur, a effacé les ténèbres de mon intelligence. Aussi étais-je grandement étonné qu’un si bon chevalier que Brian de Bois-Guilbert semblât si follement subjugué par les charmes de cette femme, que je n’ai reçue dans cette maison que pour être à même de mettre un obstacle à leur intimité toujours croissante, qui, sans cela, eût pu être cimentée aux dépens du salut de notre vaillant frère en religion.

— Rien ne s’est donc encore passé entre eux ? demanda le grand maître.

— Quoi ! sous ce toit ? reprit le précepteur en se signant. Que sainte Madeleine et les onze mille vierges nous en préservent ! Non ! si j’ai péché en la recevant ici, ç’a été dans la trompeuse pensée que je pourrais ainsi arrêter le funeste entraînement de notre frère pour cette juive, entraînement qui me semblait si étrange et si fatal, que je ne pouvais l’attribuer qu’à un léger dérèglement de l’esprit, plus digne encore de pitié que de blâme. Mais, puisque Votre Révérente Sagesse a découvert que cette coupable juive est une sorcière, peut-être ceci peut-il expliquer la cause de cet étrange attachement.

— Cela l’explique, dit Beaumanoir. Voyez, mon frère Conrad, le danger de céder aux premiers artifices, aux premières fascinations de Satan ! Nous arrêtons nos regards sur une femme seulement pour satisfaire le plaisir des yeux et pour contempler ce que les hommes appellent la beauté, et le vieil ennemi, le lion dévorant, obtient par là un avantage sur nous, pour compléter, par charmes et par talismans, une œuvre qui n’a été commencée que par l’oisiveté et la folie. Il peut se faire que notre frère Bois-Guilbert mérite en ceci plutôt la pitié que le châtiment, plutôt le soutien du bâton que les coups de la verge, et que nos avertissements et nos prières puissent le faire revenir de sa faiblesse et le rendre à ses frères.

— Il serait bien dommage, dit Conrad Montfichet, que l’ordre des templiers fît le sacrifice d’une de ses meilleures lances lorsque la sainte communauté doit réclamer le secours de tous ses fils. Ce Brian de Bois-Guilbert a tué de sa propre main plus de trois cents Sarrasins.

— Le sang de ces chiens maudits, dit le grand maître, sera une offrande agréable et douce aux saints et aux anges qu’ils méprisent et qu’ils blasphèment, et dont le secours nous aidera à rompre les charmes et les sortilèges où notre frère se trouve enlacé comme dans un filet. Il rompra les liens de cette Dalila, comme Samson a rompu les deux cordes neuves avec lesquelles les Philistins l’avaient attaché, et il taillera en pièces des monceaux d’infidèles. Quant à cette vile sorcière qui a jeté ses sortiléges sur un frère du saint Temple, assurément elle sera mise à mort.

— Mais les lois de l’Angleterre, dit le précepteur, qui, bien que charmé que le ressentiment du grand maître, ainsi heureusement détourné de Bois-Guilbert et de lui-même, eût pris une autre direction, commençait maintenant à craindre qu’il ne fût porté trop loin.

— Les lois de l’Angleterre, interrompit Beaumanoir, permettent et enjoignent à chaque juge de rendre la justice dans les limites de sa juridiction. Le moindre baron peut arrêter, juger et condamner une sorcière trouvée sur ses domaines. Ce pouvoir sera-t-il contesté au grand maître du Temple dans la préceptorerie de son ordre ? Non. Nous jugerons et condamnerons. La sorcière ne souillera plus la terre, et la vertu de ses sortiléges finira avec elle. Commandeur, faites préparer la grande salle du château pour le jugement de la sorcière.

Albert de Malvoisin salua et se retira. Ce n’était pas, comme on doit bien le penser, pour exécuter les ordres du grand maître, mais pour chercher Bois-Guilbert et s’entendre avec lui sur les suites probables de cette affaire qu’Albert se retira avec tant d’empressement. Il trouva le templier dans un transport de colère causé par un nouveau refus qu’il venait d’essuyer de la part de la belle juive.

— L’insensée ! criait-il, l’ingrate ! mépriser celui qui, au milieu du sang et des flammes, a sauvé sa vie au péril de la sienne ! Par le Ciel ! Malvoisin, je suis resté là jusqu’à ce que les planchers et les poutres s’écroulassent autour de moi. J’étais devenu le but d’une centaine de flèches, qui résonnaient sur mon armure comme la grêle sur les vitres d’une croisée, et je ne me servais de mon bouclier que pour la défendre. Voilà ce que j’ai souffert pour elle ; et maintenant cette fille opiniâtre me reproche de ne pas l’avoir laissée périr ; elle me refuse non seulement la plus légère preuve de sa reconnaissance, mais encore la moindre espérance que jamais elle consentira à m’écouter. Le diable, qui a créé l’opiniâtreté pour son sexe, en a concentré toute la force dans sa seule personne !

— Je crois, répondit le précepteur, que le diable vous possède l’un et l’autre. Combien de fois vous ai-je recommandé la prudence, sinon la chasteté ? Ne vous ai-je pas dit que vous trouveriez assez de demoiselles chrétiennes, qui regarderaient comme un péché de refuser à un si brave chevalier le don d’amoureuse merci ; et, malgré mon avis, vous donnez votre affection à une juive obstinée et volontaire. Par la messe ! je crois que le vieux Lucas de Beaumanoir a bien deviné juste, quand il affirme qu’elle a jeté un charme sur vous.

— Lucas de Beaumanoir ! s’écria Bois-Guilbert d’un ton de reproche ; sont-ce là vos précautions, Malvoisin ? Tu as donc souffert que le vieux radoteur apprît la présence de Rébecca dans la préceptorerie ?

— Comment aurais-je pu l’empêcher ? demanda le précepteur. Je n’ai rien négligé pour lui cacher ce secret ; mais il a été trahi ; par qui ? c’est ce que le diable seul peut dire. Cependant j’ai arrangé la chose avec autant d’adresse que possible ; vous êtes sauvé, si vous renoncez à Rébecca. On vous plaint comme la victime d’une illusion magique ; quant à elle, c’est une sorcière, elle doit mourir comme telle.

— Elle ne mourra pas. Je le jure par le Ciel ! reprit Bois-Guilbert.

— Par le Ciel ! elle mourra, car il le faut, dit Malvoisin. Ni vous, ni moi, ni personne ne pourrait la sauver. Lucas de Beaumanoir a décidé que la mort de la juive serait une offrande suffisante pour expier toutes les fautes amoureuses des chevaliers du Temple ; et vous savez qu’il a non seulement le pouvoir, mais la volonté d’exécuter un dessein si raisonnable et si pieux.

— Les siècles futurs croiront-ils jamais qu’un fanatisme si stupide ait jamais existé ! s’écria Bois-Guilbert arpentant la chambre à grands pas.

— Je ne sais ce qu’ils pourront croire, reprit doucement Malvoisin ; mais je sais bien que, de notre temps, le clergé et les laïques, au nombre de quatre-vingt-dix-neuf sur cent, crieront amen à la sentence du grand maître.

— Albert, tu es mon ami, n’est-ce pas ? s’écria Bois-Guilbert ; tu te prêteras à sa fuite, et je la transporterai en quelque endroit plus sûr et plus secret que cette maison.

— Je ne le puis, quand même je le voudrais, répondit le précepteur ; cet établissement est rempli de serviteurs du grand maître et de gens qui lui sont dévoués ; et, pour être franc avec vous, mon frère, je ne m’embarquerais pas volontiers dans cette affaire, alors même que j’aurais l’espoir de réussir. J’ai déjà assez risqué pour l’amour de vous. Je ne veux pas encourir la sentence de la dégradation, ni même perdre mon office pour l’amour d’une poupée juive. Et vous, si vous voulez suivre mon conseil, vous abandonnerez cette chasse frivole pour lâcher votre faucon sur une autre proie. Songez, Bois-Guilbert, que votre rang actuel, vos honneurs futurs, tout enfin dépend de votre place dans l’ordre. Si vous persistez follement dans votre folle passion pour Rébecca, vous donnerez à Beaumanoir le pouvoir de vous bannir, et il ne le laissera pas échapper. Il est jaloux du bâton de commandement qu’il tient dans sa main tremblante, et il sait bien que votre poing vigoureux est là pour l’étreindre. N’en doutez pas, il sera votre ruine, si vous lui fournissez un aussi bon prétexte que la protection dont vous couvririez une sorcière juive. Laissez-lui le champ libre en cette occasion, car vous ne pouvez l’emporter sur lui ; quand le bâton sera dans vos mains, vous pourrez caresser ou brûler les filles de Judée selon votre bon plaisir.

— Malvoisin, répondit Bois-Guilbert, ce sang-froid est celui d’un…

— D’un ami, dit le précepteur se hâtant de remplir la lacune dans laquelle Bois-Guilbert aurait placé un mot beaucoup moins doux. Oui, j’ai le sang-froid d’un ami, et, par conséquent, je suis propre à vous donner un bon conseil ; je vous dis encore une fois que vous ne pouvez sauver Rébecca ; vous ne pourrez que vous perdre avec elle ; hâtez-vous d’aller trouver le grand maître, jetez-vous à ses pieds, et dites-lui…

— Ce n’est pas à ses pieds, par le Ciel ! c’est à la barbe du radoteur que je dirai…

— Dites-lui donc à sa barbe, reprit froidement Malvoisin, que vous aimez cette juive captive jusqu’à la folie ; et plus vous vous étendrez sur votre passion, plus il se hâtera de la terminer par la mort de la belle enchanteresse ; et vous, pris en flagrant délit par l’aveu d’un crime contraire à votre serment, vous ne pourrez pas espérer l’appui de vos frères, et serez obligé peut-être de renoncer à tous les rêves brillants de l’ambition et du pouvoir, pour aller lever une lance mercenaire dans quelques mesquines querelles entre la Flandre et la Bourgogne.

— Vous dites la vérité, Malvoisin, reprit Brian de Bois-Guilbert après un instant de réflexion. Je ne veux pas donner à ce vieux fanatique un avantage sur moi. Quant à Rébecca, elle n’a pas mérité de ma part que je risque mon sang et mon honneur pour elle. Je l’abandonne. Oui, je la livre à son destin ; à moins que…

— Ne modifiez pas cette résolution si sage et si indispensable, reprit Malvoisin ; les femmes ne sont que des jouets qui servent à amuser nos heures de plaisir. L’ambition est l’occupation sérieuse de la vie. Périssent mille poupées aussi fragiles que cette juive, plutôt que de voir votre pied viril s’arrêter dans la brillante carrière qui s’étend devant vous ! Pour le moment, séparons-nous ; car il ne faut pas qu’on nous voie conférer ensemble. Je vais faire disposer la salle pour le jugement.

— Quoi ! si promptement ? s’écria Bois-Guilbert.

— Oui, répondit le précepteur, un procès n’est pas long lorsque le juge a prononcé d’avance la sentence.

« Rébecca, se dit Bois-Guilbert, lorsqu’il se trouva seul, tu vas sans doute me coûter cher ; pourrais-je t’abandonner à ton sort, comme le recommande ce froid et souple hypocrite ? Je ferai un effort pour te sauver ; mais malheur à toi si tu te montres encore ingrate ! Car, si j’essuie de nouveaux dédains, ma vengeance égalera mon amour. Il ne faut pas que Bois-Guilbert expose au hasard sa vie et son honneur, si le mépris et les reproches sont sa seule récompense. »

À peine le précepteur eut-il donné les ordres nécessaires, qu’il fut rejoint par Conrad Montfichet, qui l’informa de la résolution du grand maître de mettre la juive en jugement sans délai, pour cause de sorcellerie.

— Tout cela me semble un rêve, dit le précepteur ; nous avons assez de médecins juifs qui font des cures merveilleuses sans qu’on les regarde comme sorciers.

— Le grand maître pense autrement, reprit Montfichet, et, Albert, pour te parler franchement, sorcière ou non, il vaut mieux que cette misérable fille meure que de voir Bois-Guilbert perdu pour l’ordre des templiers, ou l’ordre divisé par des dissensions intestines. Tu connais son rang élevé, sa renommée à la guerre ; tu connais le zèle et le dévouement qu’il inspire à un grand nombre de nos frères ; mais rien de tout cela n’aurait d’influence sur le grand maître, s’il fallait considérer Brian comme le complice et non la victime de cette juive. Réunirait-elle dans sa personne les âmes des douze tribus, il vaut mieux qu’elle périsse seule que d’entraîner dans sa ruine Brian de Bois-Guilbert.

— Je viens de l’engager à faire le sacrifice de cette jeune fille, ajouta Malvoisin ; mais je ne sais si les preuves sont assez fortes pour condamner Rébecca comme sorcière ? Est-ce que le grand maître ne reviendra pas sur son dessein, quand il ne trouvera que d’aussi faibles preuves ?

— Il faut leur donner plus de force, Albert, répliqua Montfichet, il faut leur donner plus de force ; me comprends-tu ?

— Je te comprends, dit le précepteur, et je n’hésite pas à agir pour le bien et pour la dignité de l’ordre ; mais nous avons bien peu de temps pour trouver les instruments convenables.

— Malvoisin, il faut les trouver, dit Conrad, et ce sera un immense avantage pour l’ordre et pour toi. Ce Templestowe n’est qu’une pauvre préceptorerie, celle de Maison-Dieu a deux fois sa valeur ; tu connais mon influence sur notre vieux chef. Si tu trouves ceux qui peuvent mener cette affaire à bien, tu seras précepteur de Maison-Dieu, dans le fertile pays de Kent. Qu’en dis-tu ?

— Parmi les gens de la suite de Bois-Guilbert, répondit Malvoisin, il y a deux hommes que je connais bien : ils ont été les serviteurs de mon frère Philippe de Malvoisin, et, en le quittant, ils sont entrés au service de Front-de-Bœuf. Il peut se faire qu’ils sachent quelque chose des sorcelleries de cette femme.

— Va les chercher à l’instant… Ah ! écoute, si un ou deux besants d’or peuvent aider leur mémoire, offre-les-leur.

— Pour un sequin, ils jureront que la mère qui les a nourris était une sorcière, répondit le précepteur.

— Va donc, reprit Montfichet ; à midi, cette affaire commence. Je n’ai jamais vu notre chef s’occuper de préparatifs avec plus d’empressement depuis qu’il a condamné au poteau Hamel Alfagi, musulman converti, qui était retombé dans la foi de Mahomet.

L’énorme cloche du château venait de sonner midi, lorsque Rébecca entendit un piétinement sur l’escalier dérobé conduisant à la chambre qui lui servait de prison.

Ce bruit annonçait l’arrivée de plusieurs personnes, et elle ressentit un peu de joie de cette circonstance, car elle était plus effrayée des visites solitaires du violent et féroce Bois-Guilbert que de tout autre mal qui pût lui arriver.

La porte de sa chambre s’ouvrit. Conrad et le précepteur Malvoisin entrèrent, suivis de quatre gardes vêtus de noir et armés de hallebardes.

— Fille d’une race maudite, dit le précepteur, lève-toi et suis-nous !

— Où m’allez-vous conduire ? demanda Rébecca.

— Juive, répondit Conrad, ce n’est pas à toi de questionner, mais d’obéir ; sache, néanmoins, que tu vas être conduite devant le tribunal du grand maître de notre saint ordre, où tu auras à répondre de tes crimes.

— Que le Dieu d’Abraham soit loué ! s’écria Rébecca en croisant ses mains avec dévotion. Le nom d’un juge, bien qu’il soit l’ennemi de mon peuple, est pour moi comme le nom d’un protecteur. Je vous suis de grand cœur ; permettez-moi seulement de m’envelopper de mon voile.

Ils descendirent l’escalier d’un pas lent et solennel, traversèrent une longue galerie, et, par deux portes battantes placées à l’extrémité, ils entrèrent dans la grande salle où le grand maître avait pour l’occasion établi sa cour de justice.

La partie basse de ce vaste appartement était remplie d’écuyers et de yeomen qui firent place, non sans difficulté, à Rébecca, accompagnée du précepteur et de Montfichet, et suivie de la garde des hallebardiers ; et elle marcha droit à la place qui lui était réservée.

Comme elle passait à travers la foule les bras croisés et la tête penchée, un chiffon de papier fut glissé dans sa main ; elle le reçut presque sans s’en apercevoir, et elle continua de le tenir sans en examiner le contenu. La certitude qu’elle possédait quelques amis dans cette assemblée auguste lui donna le courage de regarder autour d’elle et d’examiner les personnes parmi lesquelles elle avait été conduite. Elle porta donc ses regards sur la scène que nous allons tâcher de décrire dans le chapitre suivant.