Jean Ziska/Chapitre 11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jean Ziska
Jean ZyskaMichel Lévy frères (p. 113-120).
XI.

La plupart des historiens placent à l’année 1421, au milieu de laquelle nous voici arrivés, la persécution principale de la secte des Picards par Jean Ziska. Voici ce qu’ils racontent :

Une fois, Ziska apprit qu’une secte (les uns disent qu’elle était composée de quarante personnes, les autres d’une grande multitude) s’était emparée d’une île dans la rivière de Lusinitz (je ne pense pas qu’aucune rivière ait d’île assez grande pour être occupée par une grande multitude). Cette secte était venue de France (de la Gaule Belgique) avec un prêtre nommé Picard, qui se disait fils de Dieu, et se faisait appeler Adam. Il faisait des mariages, ce qui n’empêchait pas que les femmes fussent communes entre eux ; assertion fort contradictoire. Ils allaient nus, satisfaisaient leurs passions au milieu de leurs offices religieux, se livraient à mille dérèglements qu’on ne peut même indiquer, et tout cela au nom de leur croyance, avec un fanatisme sérieux, se disant les seuls hommes libres, les seuls enfants de Dieu, les êtres purs par excellence, qui ne pouvaient pécher, parce qu’ils étaient arrivés à l’état de perfection et de sainteté qui n’admet plus la notion du mal. « Il en sortit un jour quarante de l’île, qui forcèrent les villages voisins et tuèrent plus de deux cents paysans, les appelant enfants du diable. Ziska les assiégea dans leur île, s’en rendit maître, et les passa tous au fil de l’épée, à la réserve de deux, de qui il voulait apprendre quelle était leur superstition, » et des femmes dont plusieurs accouchèrent en prison sans qu’on pût les convertir. Ulric de Rosenberg se donna le plaisir de les faire brûler. Elles souffrirent le feu en riant et en chantant. Les historiens appellent cette secte du nom de Picards, d’Adamites et de Nicolaïtes, indifféremment, et disent qu’elle se montra aussi en Moravie, dans une île de rivière ; qu’elle y pratiquait les mêmes délires, et y professait la même croyance. Elle y fut immolée par les catholiques, et souffrit les supplices avec le même enthousiasme.

On raconte que d’autres fois, à différentes époques, Ziska persécuta les Picards, et enfin qu’il les poursuivit à outrance en 1421. Deux de leurs prêtres, dont l’un était surnommé Loquis, à cause de son éloquence, furent arrêtés d’abord par un gentilhomme calixtin, et relâchés à la prière des Taborites ; puis arrêtés de nouveau à Chrudim, ils furent attachés à un poteau par le capitaine de la ville, qui demanda à Loquis, en lui assénant un grand coup de poing sur la tête, ce qu’il pensait de l’Eucharistie. Martin Loquis répondit tranquillement que le dogme de la présence réelle était une profanation et une idolâtrie. Là-dessus les Calixtins voulurent les brûler. Mais le curé calixtin de Graditz, ce même Ambroise qui avait montré tant d’énergie dans l’affaire des Silésiens, intercéda pour les prisonniers, qui furent remis entre ses mains. Il les emmena à Graditz, les garda quinze jours, et tâcha vainement de les amener à ses sentiments. L’archevêque calixtin Conrad les fit conduire à Raudnitz, et les garda huit mois dans un cachot, défendant au peuple de les visiter, de peur de la contagion. Ziska les réclama afin de les envoyer brûler pour l’exemple à Prague ; mais les consuls de Prague s’y opposèrent, craignant une sédition dans la ville, parce que Martin Loquis y avait beaucoup de partisans. Ils préférèrent envoyer un consul avec un bourreau à Raudnitz, afin que Conrad punît les prisonniers à son gré. L’archevêque calixtin les fit torturer, « et ils nommèrent dans les tourments quelques-uns de ceux qui étaient dans leurs sentiments sur l’Eucharistie. L’archevêque les exhortant de nouveau à revenir de leurs erreurs : Ce n’est pas nous qui sommes séduits, répondirent-ils en souriant, c’est vous qui, trompés par le clergé, vous mettez à genoux devant la créature. » Enfin ils furent conduits au supplice ; « et comme on les exhortait à se recommander aux prières du peuple : Ce n’est pas nous, dirent-ils encore, qui avons besoin de prières ; que ceux qui en ont besoin en demandent. Ils furent tous deux jetés dans un tonneau plein de poix ardente. »

Il résulte bien clairement de ces faits que les Calixtins avaient tellement pris le dessus en Bohême, qu’on ne professait plus ouvertement la négation de la présence réelle, et que ceux qui le faisaient subissaient le martyre. Il en résulte clairement aussi que le nombre de ceux qu’on appelait outrageusement Picards (c’était un terme de mépris que les sectes ennemies se renvoyaient depuis longtemps l’une à l’autre, sans qu’aucune voulût l’accepter, si ce n’est peut-être les Adamites de la rivière) était considérable, puisqu’on craignait la fureur du peuple en les immolant devant lui. Les suites du martyre de Loquis le prouveront de reste.

Il n’y avait de commun, entre les principes de Loquis ou des nouveaux Taborites, et ceux d’Adam et de ses adeptes habitants des îles, que la négation de la présence réelle. Voilà sans doute pourquoi les historiens les confondirent, soit par erreur, soit par malice. Les Picards, qui ne différaient guère des Vaudois acceptés depuis longtemps, étaient chers aux Taborites, et tellement mêles à eux, que toute l’armée de Tabor montrait assez, par sa manière de communier sans appareil, sans observer le jeûne, sans exclure les enfants ni les fous, en un mot, sans aucune des prescriptions de l’église calixtine, qu’elle était picarde, c’est-à-dire qu’elle ne croyait pas à la présence réelle[1]. Ce dogme catholique eût donc peut-être été abjuré à cette époque par toutes les nations, si la conjuration taborite eût triomphé en Bohême. Mais les temps n’étaient pas mûrs. Le peuple n’était pas assez fort pour triompher des hautes classes, et les hautes classes ne se sentaient pas ou ne se croyaient pas assez fortes pour triompher des souverains, lesquels, à leur tour, n’osaient pas lutter contre l’Église. Le dogme populaire devait donc échouer là, et, après d’héroïques efforts, périr en laissant après lui une mystérieuse propagande, impuissante pour quelque temps encore contre les dogmes officiels.

Nous laisserons à Martin Loquis, à Jean le Prémontré, et à leurs nombreux adeptes, le surnom de Picards, sans nous préoccuper des pédantesques dissertations qu’on pourrait faire sur cette matière. Ce serait le droit d’un historien de leur inventer un nom qui exprimât leur véritable croyance ; mais je ne puis m’arroger ce droit, et, pour rester clair, je laisserai ce nom, qui fut si injurieux et qui ne l’est plus, à ces martyrs de la vérité.

« Cependant, que ferons-nous donc, dit M. de Beausobre, dans son intéressante dissertation, de ces Adamites de la rivière de Lusinitz ? » M. de Beausobre les distingue complètement des autres Picards immolés aussi par Ziska, qui ne voulait pas les distinguer ; et M. de Beausobre a raison. Mais peut-être se laisse-t-il égarer par sa généreuse candeur, lorsqu’il s’efforce de prouver que les Adamites n’ont jamais existé, ou bien qu’ils ne pratiquaient ni la promiscuité, ni la nudité, ni les abominations qu’on leur impute. Sans entrer dans l’ingénieuse mais puérile discussion des textes, des mots à double sens, des dates et des rapprochements, il me semble qu’on peut admettre, avec les historiens de tous les partis qui l’ont attestée, l’existence de ces Adamites. Pour cela il suffit de se reporter à la source de toutes les idées élaborées dans le Taborisme, à la grande prédiction taborite que nous avons rapportée et rajustée, pour la rendre intelligible. Cette prédiction impliquait deux époques. L’une de travail, de souffrance, d’action, de colère, de vengeance et d’extermination, durant laquelle, de leur autorité privée, les nouveaux croyants distinguaient ce qui est juste et injuste, ce qu’il fallait observer et ce qu’il fallait abolir, enfin, ce qui, selon eux, était bien ou mal. L’autre époque était un idéal de perfection, de repos, de douceur, de tolérance, de fraternité et d’innocence, dans lequel, à la venue de Jésus-Christ sur la terre, on devait entrer immédiatement après l’extermination de la race impie et de la vieille société. Dans ce temps-là, il ne devait plus y avoir ni écritures, ni prêtres, ni préceptes, parce que les hommes étant arrivés à l’état paradisiaque, le mal serait banni de la terre, et tout serait bien. Ce rêve de perfection mal compris, et appliqué sans idéal à la réalité présente, suffisait pour engendrer la secte des Adamites. La prédiction des Taborites n’était pas nouvelle. Elle était renouvelée des Vaudois, qui la leur avaient apportée sous d’autres formes deux siècles auparavant. La secte des Adamites n’était pas nouvelle non plus ; elle avait été apportée de France ; elle avait traversé plusieurs époques et plusieurs contrées. Elle était même éternelle, comme la virtualité de toutes les idées et aussi ancienne de manifestation que le christianisme. Elle ne devait pas finir absolument en Bohême ; on l’a revue sous d’autres formes chez les Anabaptistes de Munster ; on l’a revue plus récemment encore dans de malheureux essais pour l’émancipation des femmes. C’est une de ces sectes exubérantes, excessives et délirantes, dont j’ai promis, au commencement de ce récit, de parler un peu, et voici ce peu que j’ai à en dire.

Toujours l’homme a rêvé l’idéal, soit au ciel, soit sur la terre. Chacun a construit cet idéal selon la portée de son intelligence ou l’ardeur de ses désirs, selon la fièvre de ses instincts ou la sublimité de ses sentiments. Les Taborites, en rêvant sur la terre les jouissances célestes, la fraternité la plus tendre, l’amour le plus chaste (les sens ne devaient plus avoir de part à la reproduction de l’espèce), montraient combien de charité, d’austérité, de dévouement et de justice brûlait au fond de ces âmes farouches, emportées, dans leur projet sublime, par la fureur des temps et l’implacabilité du fanatisme. Les Adamites, au contraire, en voulant réaliser, au milieu des excès du présent, la liberté absolue de l’avenir, se montraient insensés. De plus, en rêvant cette liberté grossière et brutale, ils faisaient bien voir que leur fanatisme était du dernier ordre, et qu’en voulant arriver à l’innocence des anges, ils ne savaient arriver qu’à celle des bêtes. Cependant ils s’aimaient entre eux, ils s’appelaient frères, et pratiquaient une fraternité absolue ; ils souffrirent le supplice en riant et en chantant. Ils furent martyrs, eux aussi, de leur foi ; car leurs femmes ne pratiquaient pas, comme celles de la régence, une dévotion et un libertinage opposés, en principe, l’un à l’autre. Elles croyaient à la sainteté de leurs bacchanales : elles étaient folles. Fallait-il les brûler ou les plaindre ? Et aujourd’hui qu’on ne brûle plus, ne faut-il pas plaindre et convertir celles qui professent le dogme immonde de la promiscuité ? Heureusement le nombre des hypocrites est si grand, que celui des fous et des folles est très-restreint. Il ne menace point la société comme on a feint de le croire. Le dogme de la promiscuité ne laisse que des traces passagères dans les guerres de religion. Il rentra promptement dans la nuit chaque fois qu’il voulut reprendre à la vie ; et de nos jours, quoi qu’on en dise, il n’a frappé que de malheureuses têtes dévouées à l’erreur, préparées à l’ivresse par quelque défectuosité de l’intelligence. Les plus belles mains ont eu quelquefois des verrues. Les chirurgiens les coupent et les brûlent en vain : elles passent d’elles-mêmes quand l’enfance passe. L’adamisme disparaîtra de la terre quand la véritable loi du mariage sera proclamée.

Pour en revenir à l’histoire du redoutable aveugle, il est probable que Ziska extermina les insulaires de la rivière de Lusinitz[2], par un mouvement spontané d’indignation contre leurs pratiques, et pour se défaire d’un voisinage agressif qui s’était annoncé par des hostilités. Quant aux Picards son intention est plus mystérieuse, et les historiens ne font pas de difficulté de l’attribuer à la pureté de ses principes calixtins. Cependant quand on se rappelle que Ziska, en d’autres temps, s’était montré zélé taborite, qu’il avait donné la communion, qu’il avait prophétisé ; quand on le voit jusque-là vivant en si bonne intelligence, et se rendant si cher à ces Taborites qui avaient nié la présence réelle et qui n’y croyaient pas, on peut présumer que Ziska châtiait dans Loquis et redoutait dans le Prémontré des hommes d’une politique plus hardie encore et d’une influence plus immédiate que les siennes[3]. Ziska voulait sauver la Bohême selon un plan conçu avec autant de prudence que de courage. L’audace ne lui manquait pas plus que la ruse. Il s’alliait au parti calixtin dans l’occasion, et s’en détachait de même. À un moment donné, il pensa devoir sacrifier des hommes qui lui semblaient, par leur fougueuse sincérité, devoir compromettre la révolution. Il craignit que la négation du dogme de la présence réelle, négation qui entraînait de si profondes conséquences, n’effarouchât le nombreux et puissant juste-milieu, et ne le brouillât lui-même sans retour avec ces classes dont il croyait que son œuvre ne pouvait se passer. Ziska se trompait en espérant faire marcher de front les résistances de divers ordres de l’État contre l’empereur. En ce moment, il était enivré sans doute de l’adhésion du parti catholique, et il concevait de grandes espérances. Il éprouva bientôt ce qu’il devait attendre de ces alliances impossibles.


  1. Jean Huss croyait à cette présence réelle. Lors de la première grande communion des Taborites eu pleine campagne, au début de la révolution, presque tous étaient à peu près Calixtins. Mais la conférence de Prague et la prophétie taborite montrent qu’en peu de temps on s’était désabuse de ce dogme. La négation de la présence réelle fit de continuels progrès. Contenue par Ziska, elle éclata après sa mort, et tout le Taborisme fut Picard, anti-adorateur de l’Eucharistie. Ziska ne sut jamais ou ne voulut jamais savoir combien il avait de Picards dans son armée. Les villes sacrées de la prédiction qui, en tout temps, lui furent d’un si héroïque secours, étaient d’origine vaudoise. Elles avaient embrassé le Joannisme dès le douzième siècle, en donnant asile aux Vaudois fugitifs persécutés en France.
  2. Ou Lausnitz.
  3. Il est bien certain que ces Picards blâmaient la conduite de Ziska à l’égard de la religion. Ils le raillaient de se faire dire la messe selon les missels par des prêtres calixtins, et appelaient ces prêtres lingers (lintearios) à cause de leurs surplis de toile. Les Calixtins de Ziska (car il y avait des Taborites Calixtins, c’est-à-dire des hommes qui, comme lui, suivaient la religion de Prague et la politique de Tabor) raillaient à leur tour ces prêtres réformateurs, et les appelaient les cordonniers de Ziska, parce que, dit-on, ils portaient les mêmes souliers à l’office et en campagne. Cette explication me semble un peu gratuite. Les cordonniers avaient joué le rôle le plus énergique à Prague, dans les proclamations religieuses et dans les émeutes. Ils faisaient pendant aux bouchers des séditions de Paris à la même époque, et je pense que l’appellation de cordonnier était devenue synonyme, en Bohême, de celle de sans-culotte dans notre révolution.