Jean Ziska/Chapitre 10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jean Ziska
Jean ZyskaMichel Lévy frères (p. 105-113).
◄  Chapitre 9
X.

Tant de succès firent ouvrir les yeux au parti catholique sur l’importance et la force de la révolution. Un moment vint où, n’espérant plus la conjurer, il résolut de l’accepter, afin de n’être point brisé par elle. Sigismond ne pouvait inspirer d’affection à personne : il avait mécontenté tous ses amis. Les Rosenberg furent des premiers à l’abandonner, et une diète générale fut assemblée à Czaslaw, où presque toute la noblesse déclara qu’elle se détachait du parti de l’empereur. Quant à la religion, les Hussites, qui voulaient des gages, eurent bon marché de ces consciences si orthodoxes, et leur firent accepter leur quatre articles calixtins sans difficulté. Mais à ces quatre articles ils en ajoutaient un cinquième, qui portait l’engagement de ne reconnaître pour roi que l’élu de la diète nationale. Les villes de la Moravie, à qui on avait écrit d’adhérer à ces cinq articles ou de s’attendre à la guerre, envoyèrent des députés à cette diète pour faire savoir qu’elles se rangeraient aisément aux quatre premiers, mais que le cinquième était grave et demandait le temps de la réflexion. Ces actes officiels font assez voir que la foi catholique était peu brillante à cette époque ; que Rome n’était plus qu’une puissance temporelle, représentée par l’empereur plus que par le pape, et que si l’on n’eût craint une lutte politique avec ces potentats, on se fût volontiers raillé des décisions des conciles.

On ne nous dit pas si Ziska fut présent à cette diète, mais il est certain qu’il y donna les mains, et qu’il ne rejeta pas l’alliance des seigneurs catholiques contre Sigismond. Le gros des Taborites se laissait guider par lui ; mais les Picards, et ceux qui avaient été exaltés par eux et qui s’intitulaient déjà nouveaux Taborites ou Taborites réformés, l’en blâmèrent ouvertement. Ces Taborites picards étaient assez nombreux à Prague. Partout ailleurs ils eussent été sous la main terrible de Ziska. À Prague, ils pouvaient se glisser encore inaperçus entre les divers partis. Jean le Prémontré les échauffait de sa parole ardente et de son zèle fougueux. Il déclamait contre l’alliance avec les catholiques, signalait les Wartemberg et les Rosenberg surtout, comme capables de toutes les lâchetés et de toutes les trahisons, prédisait qu’ils perdraient la révolution et vendraient la Bohême au premier souverain qui voudrait acheter leur vote et leurs armes : la suite des événements prouva bien qu’il ne s’était pas trompé.

Malgré ces protestations, les catholiques furent acceptés, et, à leur tour, ils protestèrent contre Sigismond et contre l’Église. Conrad, archevêque de Prague, celui qui avait récemment couronné l’empereur, embrassa solennellement le Hussitisme et rompit avec Rome. Ulric de Rosenberg, cet athée superstitieux qui avait des visions, qui avait déjà abjuré deux fois, la première pour Jean Huss et la seconde pour Martin V, ce traître qui avait servi sous Ziska, et ensuite sous Sigismond, présida la diète avec l’archevêque, et proclama, en son propre nom et au nom de tous les membres du clergé et de la noblesse, les quatre articles calixtins et la déchéance de l’empereur au trône de Bohême. Il y a cependant des réserves perfides dans cette déclaration. Il y est dit textuellement qu’on défendra les quatre articles « envers et contre tous, » à moins que peut-être on ne nous enseigne mieux par l’Écriture sainte, ce que les docteurs de l’académie de Prague n’ont encore pu faire. À propos de la déchéance de Sigismond, il est dit encore : « Que de notre vie, à moins que Dieu par quelque fatalité secrète ne semble le vouloir ainsi, nous ne recevrons Sigismond, parce qu’il nous a trompés, etc. »

Cette convention fut faite au nom de Prague, des citoyens de Tabor, de toute la noblesse des villes, etc. Sans rien statuer pour l’avenir, le parti catholique et le juste-milieu, qui s’entendaient tacitement pour avoir un roi étranger, élurent vingt personnes intègres et graves pour administrer le royaume pendant la vacance ; quatre consuls des villes de Prague représentant la bourgeoisie, cinq seigneurs représentant la grandesse de Bohême, sept gentilshommes représentant la petite noblesse, etc. À la tête des gentilshommes était nommé Jean Ziska, et le nombre des représentants de cette classe montre qu’elle était la plus nombreuse et la plus influente. Il était dit que ces régents auraient plein pouvoir ; mais la foule de réticences et de cas réservés qui suit cet article montre la mauvaise foi des catholiques ; ce sont autant de portes ouvertes pour s’échapper quand le vent de la fortune fera flotter les étendards de ces nobles vers un autre point de l’horizon. En cas de division dans le conseil des régents, la diète constituait deux prêtres comme conseils. L’un de ces deux prêtres dictateurs mourut de la peste en voyage ; l’autre, Jean de Przibam, dès qu’il fut de retour à Prague, eut affaire au terrible moine Jean, qui l’accusa d’avoir outre-passé son mandat de député, et le fit condamner et chasser de la ville. Le Prémontré avait alors beaucoup d’influence à Prague. Peu de temps après, il accusa de trahison Jean Sadlo, gentilhomme qui avait livré les Bohémiens aux Allemands dans un combat, et l’ayant appelé à comparaître sous de bonnes promesses, il le fit saisir de nuit et décapiter dans la maison de ville de la vieille Prague. Les catholiques et les Calixtins qui commençaient à s’inquiéter du Prémontré, espèce de Montagnard à la tête d’un club de Jacobins, firent de grandes lamentations sur le meurtre de Jean Sadlo, et le revendiquèrent dans les deux camps comme un membre fidèle de leur communion ; ce qui ne prouve pas beaucoup en faveur de la loyauté de ce Jean Sadlo.

Pendant que ces événements se passaient à Prague, Sigismond députait des ambassadeurs à la diète de Czaslaw. Ils eurent beaucoup de peine à s’y faire admettre, et ayant commencé leur discours par de longues louanges de l’empereur, ils furent brusquement interrompus par Ulric de Rosenberg, qui se montrait alors des plus acharnés contre son maître : « Laissez cela, leur dit-il, et nous montrez vos lettres de créance. » La lettre de l’empereur était mêlée de fiel et de miel. Il offrait la paix, son amitié, presque la liberté des cultes, la réparation des injures et des dommages commis par son armée : tout cela aux catholiques et au juste-milieu. Mais il donnait à entendre qu’il sévirait avec rigueur contre les Taborites, et menaçait, si on ne les abandonnait à sa colère, d’amener en Bohême ses voisins et ses amis : quand même, ajoutait il, nous saurions que cela ne se pourrait faire sans que vous en souffrissiez des pertes irréparables pour vous et votre postérité, et sans un déshonneur qui vous exposerait aux railleries mordantes du reste du monde. Cette lettre maladroite et dure irrita tous les esprits. On eût peut-être sacrifié les Taborites, si on eût pu prendre confiance à la parole de Sigismond ; mais on le connaissait trop : il avait eu le tort de se montrer. La réponse de la diète fut belle et fière.

« Très-illustre prince et roi, puisque votre auguste Majesté nous promet d’écouter nos griefs et nous invite à les lui faire connaître, les voici : — Vous avez permis, au grand déshonneur de notre patrie, qu’on brûlât maître Jean Huss, qui était allé à Constance avec un sauf-conduit de Votre Majesté. Tous les hérétiques ont eu la liberté de parler au concile ; il n’y a eu que nos excellents hommes à qui on l’ait refusée. Vous avez fait brûler maître Jérôme de Prague, homme de bien et de science, qui y était allé également sous la foi publique. Vous avez fait proscrire, frapper d’anathème et excommunier la Bohême, et vous avez fait publier cette bulle d’excommunication à Breslaw, à la honte et à la ruine de la Bohême ; car vous avez excité et ameuté contre nous tous les pays circonvoisins, comme contre des hérétiques publics. Les princes étrangers que vous avez déchaînés contre nous ont mis la Bohême à feu et à sang, sans épargner ni âge, ni sexe, ni condition, ni séculier, ni religieux. Vous avez fait tirer par des chevaux et brûler à Breslaw Jean de Crasa, notre concitoyen, parce qu’il approuvait la communion sous les deux espèces. Vous avez fait trancher la tête à des citoyens de Breslaw pour une faute qui, à la vérité, avait été commise contre Wenceslas, mais qui avait été pardonnée. Vous avez aliéné le duché de Brabant, que Charles IV votre père avait acquis par de rudes travaux (Herculeis laboribus). Vous avez engagé la Marche de Brandebourg sans le consentement de la nation. Vous avez fait transporter hors du royaume la couronne impériale, comme pour nous exposer aux railleries et aux mépris de l’univers. Vous avez emporté les saintes reliques qui nous faisaient honneur, les divers joyaux amassés par nos ancêtres et légués aux monastères. Vous avez aliéné, contre nos droits et coutumes, la mense royale[1] et tout l’argent qui y était destiné à l’entretien des veuves et des orphelins. En un mot, vous avez violé et enlevé tous nos titres, droits et privilèges, tant en Bohême qu’en Moravie ; et, par cette raison, vous êtes cause de tous nos désordres publics. C’est pourquoi nous prions Votre Majesté de nous restituer toutes ces choses et d’ôter de dessus nous tous ces opprobres ; de rendre à la nation les trois provinces qui en ont été détachées à l’insu des trois ordres du royaume ; de rapporter la couronne de Bohême, les choses sacrées de l’empire, les joyaux, la mense, les lettres publiques, les diplômes et tout ce qui a été soustrait ; d’empêcher les nations voisines, et surtout celles qui sont comprises dans la Bohême (la Moravie, la Silésie, le Brabant, la Lusace et le Brandebourg), de nous troubler et de répandre notre sang. Nous prions aussi Votre Majesté de nous faire savoir sa résolution claire et nette, à l’endroit des quatre articles dont nous sommes absolument résolus de ne pas nous départir, non plus que de nos droits, constitutions, privilèges et bonnes coutumes, etc. »

Il paraît que cette pièce a en latin un cachet de grandeur ou, pour mieux dire, de grandesse imposante qui montre ce que la haute seigneurie de Bohême avait été jadis, plutôt que ce qu’elle était désormais. Ces grands qui invoquaient leurs antiques privilèges, et qui faisaient consister l’honneur de la patrie dans leurs joyaux et dans leurs parchemins, ne voyaient pas par où ils étaient sérieusement menacés ; et en disputant à l’empereur les franchises de la nation, ils ne sentaient pas que la nation, désabusée de tout prestige, n’était plus là pour les leur faire reconquérir au prix de son sang. Le peuple voulait ces franchises pour lui-même, et non plus seulement pour ces grands et pour ces monastères qu’il écrasait et dévastait pour son propre compte. Le peuple voulait faire partie de ce corps respectable qu’on appelait le royaume ; et la haute noblesse, en ne donnant pas sincèrement les mains à son admission, ne faisait, en bravant l’empereur, qu’une inutile provocation. Il eût fallu opter. Elle crut pouvoir se soutenir par elle-même contre l’ennemi du dehors et contre celui du dedans. Les Taborites et les Picards protestèrent tout bas ; et au jour du danger, les nobles ne purent recouvrer leurs privilèges qu’en s’humiliant et en s’avilissant sous les pieds de l’empereur.

Sigismond répondit encore une fois qu’il était innocent de la mort de Jean Huss et de Jérôme de Prague, et que son intercession en faveur de la Bohême lui avait valu au concile des choses fort dures à digérer ; que ce n’était pas la Bohême en elle-même qui avait été flétrie et condamnée, mais de mauvaises gens qui avaient pillé, brûlé, etc. ; en d’autres termes, que la noblesse n’avait pas été compromise dans la proscription et pouvait se réhabiliter, grâce à lui ; mais que ces mauvaises gens, c’est-à-dire le peuple et ses apôtres, devaient être châtiés et déshonorés à la face du monde. L’empereur prétendait n’avoir emporté la couronne, les titres, les joyaux et les reliques que pour les soustraire aux outrages ; que d’ailleurs ces mêmes grands qui lui reprochaient cette action comme un vol, l’y avaient autorisé eux-mêmes, de leurs conseils et de leurs sceaux. Il comptait remettre à l’arbitrage des princes ses voisins et ses amis les désordres et les dommages dont on l’accusait en Bohême. Il concluait en promettant à la grandesse une augmentation de privilèges, en reprochant avec amertume au peuple la destruction de Wisrhad, des temples augustes et des belles églises de Prague, et en le menaçant de la colère de ses amis, c’est-à-dire de l’invasion étrangère, s’il ne respectait l’église de Saint-Weit et la forteresse de Saint-Wenceslas.

Pendant qu’on parlementait ainsi, Sigismond, comptant toujours sur ses armées, fit entrer en Bohême vingt mille Silésiens qui massacraient hommes et femmes, coupaient les pieds, les mains et le nez aux enfants. Aussi lâches que féroces, ils prirent la fuite sur la seule nouvelle que Ziska marchait contre eux. Les paysans et les troupes taborites des villes voisines, s’étant rassemblés à la hâte, voulurent les poursuivre jusqu’en Silésie. Mais le seigneur Czinko de Wartemberg, celui que le moine Jean avait déjà désigné comme un traître, entra en composition avec les ennemis, et défendit à ses gens d’incommoder leur retraite. Ambroise, curé calixtin de Graditz, souleva le peuple contre Czinko ; et les paysans l’auraient assommé avec leurs fléaux ferrés, s’il ne se fût retiré au plus vite. Ambroise écrivit à Prague pour l’accuser de trahison, et vraisemblablement le Prémontré se hâta de prêcher contre lui. Il est probable qu’on eût pu conquérir la Silésie sans la défection de ce Wartemberg. Mais les grands justifièrent leur collègue, et le juste-milieu passa condamnation.


  1. C’était un trésor public dont le roi ne pouvait disposer qu’en faveur des pauvres.