L’Américanisme et la conjuration antichrétienne

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Pourquoi ce livre. — L’Amérique. Un catholicisme américain. Mgr Ireland. La Vie du P. Hecker. M. l’abbé Maignen et le R. P. Delattre. La Semaine religieuse de Cambrai. L’américanisme désavoué en Amérique. Américanisme et protestantisme. Avertissements de Mgr Isoard 
 1
L’Alliance-Israélite-Universelle. — Centre et foyer de la conjuration antichrétienne. Le peuple juif : le miracle de sa conservation, sa puissance actuelle, ses espérances, leur réalisation attendue des principes de 89. Double but de l’Alliance-Israélite-Universelle : les patries fondues dans une république universelle, les religions dans une vague religiosité 
 15
L’Alliance-Israélite-Universelle et les patries. — Sous son inspiration et sa conduite, les sociétés secrètes et la presse travaillent à anéantir l’idée de patrie. La patrie française plus immédiatement menacée : par l’enseignement scolaire, par nos gouvernants. La république universelle et les américanistes de là-bas et d’ici 
 29
L’Alliance-Israélite-Universelle et le christianisme. — Les Juifs ont été les inspirateurs et les fauteurs de toutes les hérésies. Aujourd’hui, ils conduisent toutes les puissances ennemies à l’assaut de la Sainte Église. Leur tactique. L’Israélitisme libéral et humanitaire se substituant à toutes les religions. Les néo-chrétiens 
 47
L’aide donnée à l’Alliance-Israélite-Universelle par les parlements et la presse. — Direction suprême de la conjuration antichrétienne. Son action sur les rois et les républiques pour établir la laïcisation en tout et partout, mais surtout dans l’enseignement. Le livre de M. Payot. Influence de l’Alliance sur le journalisme 
 65
L’Alliance-Israélite-Universelle et l’Américanisme. — L’Alliance —. son but et ses agents rappelés. Quels rapports a-t-elle avec l’américanisme ? Peut-être une influence secrète. Des principes communs. Le Broadmindednen : en Amérique, en France 
 85
L’évolution religieuse selon les américanistes. — Du nouveau ! du nouveau ! L’avenir nouveau de l’Église par l’évolution. Mot peu convenable. Le progrès dans l’Église d’après S. Vincent de Lerins. Progrès et évolution d’après M. F. Brunetière. L’évolution d’après les américanistes : avant Jésus-Christ ; dans la conversion du monde romain ; dans l’Église. Évolution du dogme. Les devoirs que l’évolution impose à l’Église. Évolutionistes 
 101
Comment les américanistes veulent procurer l’expansion extérieure du christianisme. — Réformes imposées par l’évolution actuelle de l’humanité dans les moyens de propager la foi. Situation religieuse en Amérique. Zèle du P. Hecker. Moyens du zèle américaniste : abolir la douane, détruire les barrières, plus de polémiques, tolérance sans limites même dogmatiques, ne considérer que les résultats dans la morale. Aboutissement : l’Israélitisme libéral et humanitaire 
 119
Les congrès des religions. — Mise en pratique des procédés ci-dessus. Congrès de Chicago. Sa composition. Sujets traités par le P. Elliot, Mgr Irland, M. Keane. Triomphe de Mgr Keane. Conclusions du Rev. Barrows et de M. Bonnet-Maury. Congrès de Paris pour l’union suprême des religions. Initiative prise par des prêtres catholiques : l’abbé Charbonnel, l’abbé Lemire, l’abbé Naudet ; les universitaires, le pasteur Sabatier, le rabbin Zadoc-Kahn, le spirite Synésius 
 133
Comment les américanistes veulent procurer l’avancement intérieur de l’Église. — Transformation des rapports de l’âme avec Dieu nécessitée par l’avènement de la démocratie : vœux de religion, vertus passives, confiance en soi-même, direction de l’Esprit-Saint. L’abbé Naudet et l’Imitation de Jésus-Christ. Les dévotions européennes peu prisées. Ascétisme naturaliste. Le paradis ici-bas. Antichristianisme. Bossuet et le signe donné à la crèche. L. Veuillot et la tentation de Jésus au désert 
 151
Les congrès ecclésiastiques. — Nouvel idéal des prêtres pour l’avenir nouveau de l’Église. Reproches faits à l’Église par Mgr Ireland, le P.Hecker, M. l’abbé Naudet. Église toute humaine. L’idéal nouveau dans les séminaires, dans les cercles d’études sociales. Les congrès ecclésiastiques. M. l’abbé Lemire et M. l’abbé Dabry. Idées-mères du congrès de Reims. Sentiment du Journal des Débats. Mgr Sonnois. Mgr Turinaz 
 169
En révolution. — L’Amérique appelée à guider les destinées de l’humanité au souffle chéri de la liberté ; prétentions semblables des Juifs, s’appuyant sur les mêmes principes. Danger spécial de ces idées à notre époque, car nous sommes en Révolution. Qu’est-ce que la Révolution ? Une phase décisive de l’humanité. L’univers entier est en travail. Il est en marche vers une grande unité. Quelle circonspection demande un tel état de choses ! 
 187
Antichristianisme. — Les Juifs dirigent cette unification dans le sens de l’Israélitisme libéral et humanitaire. Le travail est assez avancé pour faire croire que le monde va finir ou va subir une transformation religieuse. L’œuvre révolutionnaire, l’insurrection contre Dieu va-t-elle s’achever ? va-t-elle aboutir au messie attendu des Juifs, antéchrist redouté des chrétiens ? S’il paraissait, à l’heure actuelle, par combien il serait acclamé 
 211
Quelques lueurs. — Point d’abattement. La grâce sera proportionnée à l’épreuve pour chacun de nous et pour la sainte Église. Signum magnum apparuit in cœlo. Le règne de l’Antéchrist n’est peut-être point le prélude de la fin du monde, mais le terme du premier âge de l’Église, période des persécutions. Ce que serait l’âge suivant. Signes qui l’annoncent. Les pressentiments d’un homme de génie et ses raisonnements. Les symptômes de retour à l’unité catholique en Europe et l’extension donnée aux missions. L’incrédulité scientifique est en baisse, l’indifférence religieuse est secouée, et l’amour éternel triomphera de la haine satanique 
 227
Que faire ? — L’heure est solennelle entre toutes. Quel désastre produiraient de fausses manœuvres. Le système de spiritualité, d’éducation cléricale et de propagande religieuse préconisé par l’américanisme n’a-t-il pas des traits de ressemblance et des points de contact avec celui dont l’Alliance-Israélite-Universelle attend l’apostasie du peuple chrétien ? Graves remontrances de l’Osservatore romano de Mgr l’évêque de Nevers. Aveux du docteur Schell et de l’ex-abbé Charbonnel. Sages paroles de Mgr Isoard, du P. Aubry, de M. le chanoine Couvert. Le vrai idéal du clergé présenté par Léon XIII 
 261
Spiritum innova in visceribus. — État inquiet des esprits dans le monde contemporain. Il demande au catholicisme de le réchauffer. Comment le catholicisme lui rendra-t-il la chaleur qui lui est nécessaire ? La douce France, le vase qui versait au cœur des nations l’esprit de Jésus-Christ doit être réparé. Il doit l’être par le clergé. Moyens insuffisants. Il faut que, de nouveau, la théologie soit le sang qui coule dans les veines du monde européen. Le nœud de la question, c’est l’éducation cléricale 
 283

DOCUMENTS ET ÉCLAIRCISSEMENTS
AU CHAPITRE PREMIER.
I. L’américanisme n’est point tout en Amérique 
 301
II. Quelques déclarations. Origines du mot « Américanisme » 
 304
III. Intentions pontificales mal interprétées 
 308
AU CHAPITRE DEUXIÈME.
IV. Promesses de Dieu à Abraham, Isaac et Jacob 
 309
V. Ascension du peuple juif d’après Disraeli 
 312
VI. Les Sionistes et leurs espérances 
 314
AU CHAPITRE TROISIÈME.
VII. Partout les Juifs restent Juifs 
 317
VIII. Comment les Juifs sont devenus nos maîtres 
 320
IX. Les sociétés secrètes en Amérique 
 325
X. Ce que les Francs-maçons et les Juifs entendent par le mot République 
 327
XI. Conseils donnés aux Juifs pour établir la souveraineté de leur race sur tous les peuples 
 329
AU CHAPITRE CINQUIÈME.
XII. La mystérieuse influence des Juifs sur les gouvernants 
 334
XIII. Timidités parlementaires 
 335
XIV. Les Juifs et la neutralité scolaire 
 336
XV. Plaidoyer ecclésiastique en faveur des Francs-maçons 
 336
AU CHAPITRE SIXIÈME.
XVI. La confiance en soi chez les américanistes 
 338
XVII. La séparation de l’Eglise et de l’Etat et Sa Sainteté Léon XIII 
 340
XVIII. Le Broadmindednen 
 342
AU CHAPITRE SEPTIÈME.
XIX. Les besoins modernes 
 345
XX. Le catholicisme n’est pas une entrave au progrès 
 347
XXI. Le culte de la Très-Sainte Vierge, les dogmes de la Trinité et de l’Incarnation aux premiers siècles. 
 351
AU CHAPITRE HUITIÈME.
XXII. La situation des États-Unis au point de vue religieux 
 353
XXIII. D’où vient l’augmentation du nombre des

catholiques aux États-Unis ? Est-elle complètement

satisfaisante ? Quelle conclusion en tirer ? 
 354
XXIV. Se débarrasser des dogmes et garder la morale 
 358
AU CHAPITRE NEUVIÈME.
XXV. Le Congrès des religions : bonnes intentions ; résultats déplorables 
 361
XXVI. Les progrès du spiritisme, l’une des formes les plus redoutables de la conjuration antichrétienne 
 365
AU CHAPITRE DIXIÈME.
XXVII. Les vœux de religion. Controverses à propos de la candidature de M. l’abbé Gayraud 
 367
XXVIII. Le parti de la démocratie chrétienne en opposition directe avec l’Évangile 
 373
AU CHAPITRE ONZIÈME.
XXIX. La biographie du promoteur des congrès ecclésiastiques 
 376
XXX. Les congrès ecclésiastiques et la Semaine religieuse du diocèse de Cambrai 
 377
XXXI. Les congrès ecclésiastiques, leur réprobation par Mgr Isoard. La conduite de Rome à leur égard. 
 379
AU CHAPITRE DOUZIÈME.
XXXII. La tentative de M. l’abbé Naudet de « christianiser la Révolution ». Tentative analogue de Louis XVIII : Légitimer la Révolution 
 381
AU CHAPITRE TREIZIÈME.
XXXIII. Veillez ! Gardez-vous des faux prophètes !

Les pierres d’achoppement se multiplient. La grande

tentation du jour 
 383
XXXIV. Les devoirs du député ecclésiastique d’après M. l’abbé Lemire. Ce que dit S. S. Léon XIII sur ce sujet. L’abbé Dabry renchérit sur l’abbé Lemire 
 387
XXXV. Si l’homme attendu, messie pour les Juifs,

antéchrist pour nous, se levait de nos jours, aurait-il chance de se faire accepter par les Juifs, par les

chrétiens ? 
 392
AU CHAPITRE QUATORZIÈME.
XXXVI. « Le temps des nations > marqué par Notre-Seigneur, c’est-à-dire le temps de leur entrée dans l’Église est arrivé.C’est aussi le temps de l’affranchissement des Juifs, et bientôt celui de leur conversion et de leur apostolat 
 397
XXXVII. Sommes-nous arrivés à la fin du monde, ou au terme des premiers siècles de l’Église ? Triomphe final de l’Église 
 400
XXXVIII. Les espérances fondées sur la définition de l’Immaculée-Conception. La guerre entre Marie et Satan depuis le premier jour du monde. Le prince de ce monde va être jeté dehors. Paroles de Pie IX, leur réalisation commencée 
 401
XXXIX. Les fausses religions sont toutes en dissolution 
 406
XL. Le zèle de l’Église pour la propagation de l’Évangile n’a jamais été plus grand 
 409
XLI. La lutte de l’homme contre Dieu. Pourquoi Dieu la permit-il. Quelle sera son issue ?… 
 411
AU CHAPITRE QUINZIÈME.
XLIb. Définition de l’américanisme par Dom Laurent

Janssens. L’influence que les races saxonnes doivent

prendre dans l’Église 
 413
XLII. Le sentiment de plusieurs évêques sur le parti

des abbés démocrates. Le mot de S. S. Léon XIII

sur la démocratie chrétienne… 
 417
XLIII. Œuvre protestante pour accueillir les prêtres apostats 
 423
APPENDICE.
Lettre du Supérieur des Paulistes 
 429
Lettre de Mgr Ireland 
 431
Lettres de Mgr Keane, de M. l’abbé Klein et du Dr Schell 
 433
La Vie catholique, les abbés Dabry et Naudet et la lettre de Léon XIII 
 434