L’Ève future/Livre 2/07

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Bibliothèque-Charpentier ; Eugène Fasquelle, éditeur (p. 117-120).



VII


Hurrah ! Les savants vont vite !



« Qui veut changer de vieilles lampes
pour des neuves ?… »
Aladin, ou la Lampe merveilleuse.

(Mille et une nuits.)


Lord Ewald, après un moment, regarda sa montre : son front s’était réassombri.

― Merci, dit-il avec un froid soupir : et, cette fois, nous nous quittons.

Un coup de timbre sonna dans l’ombre.

― Ah ! je vous dirais qu’il est un peu tard, reprit Edison. D’après vos premières paroles, j’ai commencé.

Et il donna vivement une tape au phonographe, comme à un chien couché à ses pieds.

― Eh bien ? aboya celui-ci dans son appareil téléphonique.

La voix de basse du messager invisible retentit au milieu du laboratoire, avec l’intonation d’un arrivant essoufflé :

― Miss Alicia Clary, dans la loge n°7, au Grand-Théâtre, quitte la salle et prendra l’express de minuit et demie pour Menlo Park ! cria la voix.

Lord Ewald, en entendant ce nom vociféré de cette manière, et à cette nouvelle inattendue, fit un mouvement.

Les deux hommes se regardaient en silence : entre eux désormais vibrait un vertige, un défi.

― C’est que, dit lord Ewald, je n’ai point d’appartement retenu dans Menlo Park pour cette nuit.

Pendant qu’il parlait, Edison avait déjà fait jouer le manipulateur de son appareil Morse : les fils tremblaient.

― Un seul instant, dit-il.

Et il appliqua sur le récepteur un carré de papier qui, dix secondes après, sauta hors du cadre.

― L’appartement, dites-vous ? Vraiment, c’était prévu ! En voici un ! s’écria-t-il froidement en lisant ce qui venait de s’empreindre sur la feuille. ― Je viens de louer pour vous une villa tout à fait charmante, assez isolée même, à vingt minutes d’ici, et l’on vous y attendra toute la nuit. Vous me restez à souper, n’est-ce pas, avec miss Alicia Clary ? C’est dit. À l’arrivée du train, pour éviter le temps perdu, mon groom, nanti de cette photographie nouvelle où n’est reproduit que le visage seul de miss Venus-victrix, lui offrira ma voiture de votre part et conduira. ― Nulle erreur, aucun malentendu ne sont à craindre : il ne descend ici presque personne à cette heure-là.. Donc, ne vous inquiétez de rien.

Tout en parlant, il avait extrait un médaillon-carte d’un objectif : il le jeta dans une boîte fixée à la muraille, après avoir enveloppé la carte de deux lignes tracées à la hâte, au crayon.

La boîte correspondait au translateur d’un tuyau pneumatique ; une petite sonnerie, tout auprès, annonça que le message était reçu et que l’ordre serait exécuté.

Revenant à l’appareil Morse, il continua de télégraphier d’autres ordres sans doute.

― C’est fini, dit-il tout à coup.

Puis, observant lord Ewald :

Milord, ajouta-t-il, il va sans dire que, si vous le voulez, nous ne parlerons même plus du projet de tout à l’heure ?

Lord Ewald releva la tête : son œil bleu brilla.

― Vraiment, ce serait aussi par trop hésiter, dit-il simplement. Cette fois, j’accepte et d’une façon définitive, mon cher Edison.

Grave, Edison s’inclina.

― Bien, répondit-il. Je compte donc, milord, que vous me ferez l’honneur de vivre vingt et un jours, car j’ai une parole aussi, moi.

Accordé : mais pas un de plus ! dit le jeune homme, avec la glaciale et tranquille intonation d’un Anglais qui constate ― et qui ne reviendra pas sur son appréciation.

Edison regarda l’aiguille à secondes de l’horloge électrique :

― Je vous offrirai le pistolet, moi-même, à neuf heures du soir, au jour convenu, si je ne vous gagne pas la vie, dit-il. À moins que, pour vous détruire, vous ne préfériez recourir à notre récent prisonnier, le vieux tonnerre : avec lui, on ne se manque pas.

Puis, se dirigeant vers un téléphone :

― Et maintenant, ajouta l’électricien, comme nous allons entreprendre, à l’instant même, un voyage assez périlleux, permettez que j’embrasse mes enfants : car les enfants, c’est quelque chose.

À ce dernier mot, si maître de ses émotions que fût le jeune lord, il tressaillit.

Edison avait déjà saisi le cordon du téléphone des draperies et cria deux noms dans l’appareil.

Là-bas, dans le vent de la nuit, au fond du parc, un coup de cloche, étouffé ici par les tentures, lui répondit.

Many thousand kisses ! prononça paternellement Edison dans l’embouchure de l’instrument en y envoyant plusieurs baisers.

Alors il se passa quelque chose d’étrange.

Autour des deux chercheurs d’inconnu, des deux aventuriers de l’ombre, éclata, de tous côtés, dans la zone lumineuse des lampes, (grâce au coup de pouce qu’Edison avait donné à quelque commutateur), une joie, une pluie de baisers d’enfants charmants qui criaient de leur voix naïve :

― Tiens, papa ! Tiens, papa ! Encore ! encore !

Edison choquait contre sa joue l’embouchure du téléphone qui lui apportait ces baisers naïfs.

― À présent, mon cher lord, je suis prêt, dit-il.

― Non ! restez, Edison ; ― dit tristement lord Ewald ; je suis inutile ; il vaut mieux que, seul, j’affronte, s’il est possible…

― Partons ! dit l’Électricien, le flamboiement du génie sûr de lui-même dans les yeux.