L’Arc d’Ulysse/À un Bulgare

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L’Arc d’UlysseÉditions Georges Crès et Co (p. 96).

À UN BULGARE

Rimeur insuffisant, du suffisant il tranche,
Et veut péter plus haut que son sac à crotin.
De loin il semble un homme et n’est qu’une catin,
Qui jamais n’emboucha que des flûtes sans anches.

Encore y cherche-t-il l’illusion d’un manche,
S’il n’a personne à lui fourgonner l’intestin.
Le pus de l’âme afflue aux yeux du cabotin,
Qui fait la roue, et pour qu’on lorgne se déhanche.

Plaignez son père, plus cornu qu’un limaçon :
Victime d’une garce, hélas ! dans le garçon
Il espérait un aigle, et retrouve une grue.

Et par la Rousse apprend que ce brave (in petto),
Que ce noble Bulgare à fessier hottentot
Dispute à sa maman des miches dans la rue.