L’Encyclopédie/1re édition/ADHERENCE ou ADHESION

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  ADHATODA
ADHERENT  ►

ADHERENCE ou ADHESION, s. f. en Physique, est l’état de deux corps qui sont joints & tiennent l’un à l’autre, soit par leur propre action, soit par la compression des corps-extérieurs. Ce mot est composé de la préposition Latine ad, & hærere, être attaché.

Les Anatomistes observent quelquefois des prosphyses ou adhérences des poumons aux parois du thorax ; à la plevre ou au diaphragme, qui donnent occasion à différentes maladies. Voyez Poumon, Plevre, Pleurésie, Phthisie, Péripneumonie , &c.

L’adhérence de deux surfaces polies & de deux moitiés de boules, sont des phénomenes qui prouvent la pesanteur & la pression de l’air.

M. Musschenbroek, dans son essai de Physique, donne beaucoup de remarques sur l’adhérence des corps : il y fait mention de différentes expériences qu’il a faites sur cette matiere, & dont les principales sont la résistance que différens corps font à la rupture, en vertu de l’adhérence de leurs parties. Il attribue l’adhérence des parties des corps principalement à leur attraction mutuelle. L’adhérence mutuelle des parties de l’eau entr’elles & aux corps qu’elle touche, est prouvée par les expériences les plus communes. Il en est de même de l’adhérence des parties de l’air, sur laquelle on trouvera un Mémoire de M. Petit le Medecin, parmi ceux de l’Académie des Sciences de 1731. Voyez Cohésion.

Quelques Auteurs paroissent peu portés à croire que l’adhérence des parties de l’eau, & en général de tous les corps, vienne de l’attraction de leurs parties. Voici la raison qu’ils en apportent. Imaginez une petite particule d’eau, & supposant que l’attraction agisse, par exemple à une ligne de distance, décrivez autour de cette petite particule d’eau un cercle dont le rayon soit d’une ligne, la particule d’eau ne sera retirée que par les particules qui seront dans ce cercle ; & comme ces particules agissent en sens contraires, leurs effets mutuels se détruiront, & l’attraction de la particule sera nulle, puisqu’elle n’aura pas plus de tendance vers un côté que vers un autre. (O)