L’Encyclopédie/1re édition/ANTIMACHIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 502).

* ANTIMACHIE, s. f. (Hist. anc. & myth.) fête qu’on célébroit dans l’île de Cos, pendant laquelle le prêtre portoit un habit de femme, & avoit la tête liée d’une mitre, ou d’une bande à la maniere des femmes, Pour rendre raison, & de l’institution de la fête & de l’habillement du prêtre, on dit qu’Hercule revenant en Grece après la prise de Troie, la tempête écarta six navires qu’il avoit ; que celui qui le portoit échoüa à l’île de Cos, où il prit terre sans armes & sans bagage ; qu’il pria un berger nommé Antagoras de lui donner un bélier ; que le berger qui étoit fort & vigoureux, lui proposa de lutter, lui promettant le bélier, s’il demeuroit vainqueur ; qu’Hercule accepta la condition ; que quand ils en furent aux mains, les Méropes se mirent du côté d’Antagoras, & les Grecs qui se trouverent présens, du côté d’Hercule ; qu’il s’ensuivit un combat très-vif ; que Hercule accablé du grand nombre, fut obligé de s’enfuir chez une Thracienne, où il se déguisa en femme pour échapper à ceux qui le poursuivoient ; qu’ayant dans la suite vaincu les Méropes, il épousa Alciope portant au jour des noces une robe ornée de fleurs ; & que c’étoit en mémoire de ce fait, que le prêtre de l’île de Cos, en habit de femme, offroit un sacrifice au lieu du combat, où les fiancés aussi en habit de femme embrassoient leurs fiancées. Voyez Ant. expl. sup. page 10. tome II.