L’Encyclopédie/1re édition/ATTELIER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 839-840).
◄  ATTELER
ATTELLE  ►

ATTELIER, boutique, magasin, chantier : l’attelier, le chantier, & la boutique, sont l’un & l’autre des lieux où l’on travaille ensemble & séparément : mais l’attelier se dit des peintres, des sculpteurs, des fondeurs, & de quelques autres ; le chantier, des charpentiers, marchands de bois, constructeurs de vaisseaux ; & la boutique, de presque tous les autres arts méchaniques. Le chantier est ordinairement plus grand que l’attelier, & l’attelier plus grand que la boutique : l’attelier & la boutique sont couverts ; le chantier ne l’est pas toûjours, ni presque jamais en entier : l’attelier & le chantier son des bâtimens séparés ; la boutique & le magasin sont des lieux particuliers d’un bâtiment ; le premier a communément une ouverture sur la rue. Les ouvrages se font dans l’attelier & dans la boutique, se renferment dans le magasin, & restent au contraire sur le chantier jusqu’à ce qu’ils soient employés ou vendus.

L’attelier des terrassiers est un endroit d’un jardin où ces ouvriers déposent leurs outils, & se disposent au travail : la berge sur laquelle on forme les branches & les coupons d’un train, s’appelle l’attelier des faiseurs de trains. Voyez Train. Le cirier a proprement quatre atteliers ; la fonderie, l’attelier des meches, celui de l’apprêt, & celui de l’achevement. Voy. Cire. Dans la manufacture des glaces, il y a deux sortes d’atteliers ; ceux de l’adouci, & ceux du poli : on dégrossit les glaces dans les premiers ; on les acheve dans les autres. Voyez Glace.

Les atteliers de vers à soie sont une espece d’édifice léger, construit de perches, & séparé en cabanes par des branches ou rameaux de divers bois, & dont le plancher est fait de claies d’osiers secs & pelés : c’est là qu’on nourrit & qu’on entretient les vers à soie ; c’est là qu’ils font leurs œufs & leurs cocons.

Attelier, s. m. (Hist. mod.) se dit encore d’un lieu où l’on enferme les pauvres, les vagabonds & les fainéans, pour les y faire travailler, moyennant la nourriture & l’habillement, &c.

Tels sont à Londres Bridwell, & plusieurs autres lieux dans les faubourgs, sur-tout dans la rue de Bishopsgate, où l’on retire les pauvres enfans de la ville qui n’ont aucun établissement ; & celui qui est dans la paroisse de sainte Marguerite à Westminster, appellé the-Grey-Coat-hospital. Voyez Hôpital.

Il y a à Amsterdam un fameux attelier ou maison de correction, appellée Rasphuyse, qui, par un privilége obtenu en 1702, a seule le droit de scier & de couper les bois qui servent pour la teinture, comme le bresil, le santal, le campeche, le sassafras, &c.

Chaque personne est obligée de donner 250 livres de bois rapé par jour ; & ceux qui sont moins robustes, une certaine quantité de coupeaux. (G)