L’Encyclopédie/1re édition/BARREAU

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  BARRÉ
BARREME  ►

BARREAU, subst. m. en terme de Palais, signifioit dans l’origine une barre de fer ou fermeture de bois à hauteur d’appui, qui séparoit l’enceinte où étoient assis les juges d’avec les parties extérieures du tribunal où étoient les avocats, & autres praticiens : mais par extension ce terme a signifié dans la suite le corps même des praticiens, avocats, procureurs, &c. C’est dans ce dernier sens qu’on dit les maximes du barreau, l’éloquence du barreau. Quelquefois même ce mot est pris dans une plus grande étendue encore, comme synonyme au forum des Latins ; & alors il s’entend collectivement de tous les officiers de justice, magistrats & praticiens ; en un mot de tout ce qu’on appelle autrement gens de robe. (H)

Barreau, s. m. (en Architecture) se dit de toute barre de fer ou de bois quarré, employée dans un bâtiment. Voyez Barre.

Barreau Montant de Costiere, c’est à une grille de fer, dans l’endroit où porte le barreau, que la porte de fer est pendue ; & le barreau montant de battement est celui où la serrure est attachée.

Barreau, se dit en particulier des barres de fer, ou de bois, qui grillent les fenêtres ou dessus de porte, ou qui sont le même office dans les grilles ou portes de fer.

Barreau à pique, ce sont dans les grilles de fer des barreaux qui passent par la traverse du haut, qui l’excedent & qui se terminent en pointe.

Barreau à flamme, ce sont dans les grilles de fer des barreaux qui passent par la traverse du haut, qui l’excedent & dont l’extrémité est terminée en pointe, & repliées en ondes.

Barreau, s. m. (partie d’une presse d’Imprimerie) c’est une barre de fer, de quatre pouces de circonférence, quarrée par le bout qui traverse la partie supérieure de l’arbre de la presse & la partie inférieure de la vis, où il est arrêté par des clavettes ; le barreau est coudé & arrondi dans le reste de sa longueur, qui est environ de trois piés ; son extrémité se termine en pointe, mais elle est garnie & revêtue d’un manche de bois tourné, poli, de la longueur d’un pié, sur six à sept pouces de circonférence, & plus gros dans sa partie supérieure. C’est de cet agent que dépend tout le jeu d’une presse ; on ne peut sans lui faire mouvoir la vis dans son écrou, ni le pivot dans sa grenouille. Voyez Pl. quatrieme de l’Imprimerie, fig. premiere & seconde B C D. D est la poignée du manche de bois.