L’Encyclopédie/1re édition/BONITE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 323).
◄  BONIFACIO
BONITON  ►

* BONITE, (Hist. nat.) poisson fort commun dans la mer Atlantique : il est d’une couleur assez approchante de celle de nos maquereaux, à qui il ressemble aussi par le goût, hormis qu’il est beaucoup plus grand. Il se trouve plûtôt en pleine mer que près des côtes. Il est de la forme d’un oval, dont le grand diametre auroit deux piés, & le petit un ou un & demi : il a près de la tête deux grands ailerons pointus, & depuis ses ailerons une ligne d’écaille tirée jusqu’à sa queue, qui est fourchue, & deux autres au-dessous ; une au bas-ventre, & l’autre de grandeur inégale, depuis le milieu du dos jusqu’à la queue. Il est couvert d’une peau ou cuir : la chair en est excellente ; elle est seche, ferme, & nourrissante. La mer en est quelquefois presque couverte. Il saute à dix ou douze piés de haut. On le prend soit à la foüine, soit au trident, soit au harpon, ou à l’hameçon. Cet hameçon est de la grosseur du petit doigt : on l’amorce avec deux plumes de pigeon blanc, enveloppées de petits linges : on attache la ligne à la vergue ; on fait sautiller à une certaine hauteur l’hameçon ainsi armé ; la bonite le prend pour un petit poisson volant, se jette dessus, & se trouve accrochée à l’hameçon. Voyez l’histoire des Antil. du P. du Tertre.