L’Encyclopédie/1re édition/BRONZER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 443).
◄  BRONZES
BROQUELEUR  ►

BRONZER, c’est appliquer le bronze sur les figures & autres ornemens de bois, plâtre, ivoire, &c. en sorte que la bronze résiste à l’eau. On prend du brun rouge d’Angleterre broyé bien fin, avec de l’huile de noix & de l’huile grasse, on en peint toute la figure qu’on veut bronzer, puis on laisse bien sécher cette peinture : quand elle est bien seche, on y donne une autre couche de la même couleur, qu’on laisse encore sécher ; après quoi l’on met dans une coquille ou godet du vernis à la bronze (Voyez Vernis à la bronze), & avec un pinceau imbibé de ce vernis, & que l’on trempe dans de l’or d’Allemagne en poudre, on l’étend le plus également qu’il est possible sur la figure qu’on veut bronzer. Au lieu d’or d’Allemagne on peut prendre de beau bronze qui n’est pas si cher, & qui fait un bel effet : il y en a de plusieurs couleurs. (R)

Bronzer, terme d’Arquebusier & autres ouvriers en fer, c’est faire prendre au canon d’un fusil une couleur d’eau. Les Arquebusiers font chauffer ce canon jusqu’à un certain point, le posent dans les tenailles en bois qu’ils assujettissent dans l’étau, & le frottent ensuite un peu fort avec la pierre sanguine, jusqu’à ce que le canon ait pris la couleur.

Bronzer, terme de Chamoiseur, Peaussier, & Corroyeur, façon qui se donne aux peaux de maroquin & de mouton, par laquelle au lieu d’en former le grain, on y éleve à la superficie une espece de bourre ou velouté, semblable à celle qu’on remarque sur les basannes velues. Le bronzé se fait toûjours en noir ; c’est avec les peaux qui ont été bronzées qu’on fait des souliers & des gants de deuil, qu’on appelle souliers bronzés, & gants bronzés. Voyez Chamoiseur.