L’Encyclopédie/1re édition/CÉPHALIQUE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

CÉPHALIQUE, adj. (en Anatomie.) se dit d’une veine située à la partie externe du bras. Voyez Bras.

La veine céphalique est une branche de l’axillaire ; elle s’unit peu après sa naissance avec la petite céphalique qui descend de la veine soûclaviere ou de la jugulaire externe ; elle passe entre les tendons du muscle deltoïde & grand pectoral, & descend tout le long du bord externe de la portion externe du biceps. Voyez Jugulaire, Deltoïde, &c. (L)

Céphalique, adj. (Medecine.) remede propre pour les maladies de la tête. Ce mot est tiré du Grec κεφαλὴ, tête.

On donne ordinairement ce nom aux remedes qui sont propres à calmer la trop grande vivacité du sang, l’irritation & la tension des fibres, d’où proviennent l’irrégularité dans la distribution des esprits, le délire, les spasmes, les convulsions, la frénesie, & autres accidens de cette espece.

On met au rang des céphaliques tous les remedes qui temperent l’agitation des esprits par leurs exhalaisons agréables ; tels sont les fleurs de primevere, de tilleul, de sureau, de violettes, de lis des vallées ; enfin les substances balsamiques dont on a donné l’usage en infusion, en decoction, ou en poudre.

Lorsque l’on fait prendre les céphaliques en sternutatoires, on a dessein d’irriter légerement une branche de la cinquieme paire des nerfs, qui unie avec une pareille branche de la sixieme, se répandent dans toutes les cavités de la face, & sont humectées par la membrane pituitaire ; cette espece de convulsion excite l’évacuation de la mucosité qui s’y separe, & soulage par ce moyen dans les cas où son trop grand épaississement ou sa trop grande quantité est nuisible. Voyez Sternutatoire. (N)