L’Encyclopédie/1re édition/CAMPHRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CAMPHRE, s. m. (Hist. nat. bot. & Chimie.) en Latin camphora ou caphura. C’est une substance blanche, transparente, solide, seche, friable, très-volatile, très-inflammable, d’une odeur très-pénétrante, & d’un goût très-amer & piquant ; elle paroît être composée de beaucoup de phlogistique, d’une terre très-subtile, & de fort peu d’eau.

Les arbres dont on tire le camphre se trouvent à la Chine & au Japon : mais les meilleurs sont ceux des îles de Borneo, de Sumatra & de Ceylan. Les relations ne s’accordent pas sur la maniere dont on s’y prend pour tirer le camphre ; l’opinion la plus commune, & peut-être la moins fondée, est qu’il découle naturellement de l’arbre comme une gomme, & qu’on le ramasse figé au pié de ces arbres. Il y a des gens qui prétendent que les Indiens pour l’obtenir, font des incisions aux arbres d’où il tombe en abondance. Suivant les Lettres curieuses & édifiantes, voici la méthode usitée à la Chine pour tirer le camphre : on se sert pour cela des nouvelles branches d’un arbre que les Chinois nomment Tchang, on les coupe en petits morceaux, on les met en macération pendant trois jours & trois nuits dans de l’eau de puits ; au bout de ce tems on les fait bouillir dans une marmite, en observant de remuer continuellement avec un petit bâton de bois de saule ; quand on voit qu’il s’attache à ce petit bâton une espece de gelée blanche, on passe la décoction, on en sépare toutes les saletés, on la verse dans un pot de terre vernissé, où on la laisse reposer pendant une nuit ; on trouve le lendemain que ce suc s’est coagulé, & a formé une masse. Pour purifier cette premiere production, on prend de la terre grasse fort seche, on la réduit en poudre bien fine, on en met une couche dans un bassin de cuivre, & sur cette couche de terre, on en met une de camphre ; on continue à faire des couches de cette maniere jusqu’à ce qu’il y en ait quatre, & on couvre la derniere avec des feuilles de la plante poho, ou de pouliot. On couvre le bassin de cuivre ainsi garni d’un dome ou autre bassin qui s’y adapte exactement ; on garnit les joints de terre grasse, on les met sur un feu qu’on a soin de rendre égal & réglé ; on prend garde qu’il ne se fasse ni fentes ni crevasses à l’enduit de terre qui sert à luter les jointures des bassins, de peur que la partie spiritueuse du camphre ne vienne à s’échapper : lorsqu’on a donné un feu suffisant, on laisse refroidir les bassins, on les détache, & l’on trouve le camphre sublimé dans celui d’en haut ; en réitérant deux ou trois fois la même opération, on aura un camphre très-pur.

L’arbre dont les branches fournissent ce camphre, a, suivant les mêmes relations, jusqu’à cent trois coudées de haut ; & sa grosseur est si prodigieuse, que vingt hommes peuvent à peine l’embrasser. Tout ce détail est une traduction fidele d’un livre chinois fort estimé dans le pays. Mais les Chinois donnent eux-mêmes la préférence au camphre de l’île de Borneo, qu’ils regardent comme fort supérieur au leur.

Selon d’autres relations du Japon, on suit la même méthode à peu de chose près qu’à la Chine. On prend les racines, les branches & même les feuilles de l’arbre qui donne le camphre, on les coupe en morceaux grossiers, on les met dans un bassin de fer, on verse de l’eau par-dessus, & on y adapte un chapiteau à bec, garni de paille en dedans ; on lute les jointures ; après y avoir appliqué un récipient, on commence à distiller : par ce moyen, la plus grande partie du camphre s’attache aux brins de paille sous la forme de crystaux, le reste passe dans la distillation, & on l’en sépare ensuite. Ces deux dernieres manieres semblent les plus vraissemblables, & celles qui s’accordent le plus avec la nature volatile du camphre, que la moindre chaleur fait non-seulement diminuer considérablement, mais encore disparoître entierement. Il est donc plûtôt à présumer qu’on le recueille de cette façon dans les Indes, qu’aux piés des arbres, où il paroît que la chaleur du pays doit aisément le faire disparoître.

Outre ces manieres dont nous venons de dire que le camphre se tire à la Chine & au Japon, on prétend aussi qu’il peut se tirer de la racine du canellier, du zédoar de Ceylan, du romarin, de l’aurone, & d’autres arbrisseaux aromatiques du genre des lauriers. M. Neumann croit que l’on a pû tirer de ces végétaux une substance grasse & huileuse ; mais que jamais cette substance n’a eu la dureté ni la siccité, ni une ressemblance parfaite avec le vrai camphre des Indes. Ce savant Chimiste a tiré du thym un camphre qui, à l’odeur près, ressembloit en tout point à celui des Indes, & qui avoit toutes les qualités qu’on y remarque. C’est ce dont il rend compte dans les Miscellanea Berolinensia, Continuatio II. pag. 70. & suiv.

Après avoir distillé de l’huile de thym, il voulut séparer cette huile d’avec l’eau par le moyen d’une meche de coton ; il s’apperçut que l’huile ne venoit qu’avec peine, & qu’elle étoit retardée par de petits crystaux qui s’étoient formés autour du coton ; ne sachant à quoi attribuer ce phénomene, il discontinua l’opération. Il la reprit au bout de quelques jours, & fut fort surpris de voir qu’il s’étoit formé au fond du vase où il avoit laissé le produit de la distillation du thym, une assez grande quantité de crystaux de forme cubique, & dont quelques-uns étoient de la grosseur d’une noisette ; ces crystaux ne pouvoient se dissoudre dans l’eau ; & M. Neumann y découvrit toutes les autres propriétés du camphre des Indes, avec la seule différence, que le camphre fait de cette derniere matiere avoit l’odeur du thym dont il avoit été tiré.

Les propriétés du camphre sont de diminuer considérablement, lorsqu’il est exposé à l’air, & de s’exhaler entierement à la fin : il ne se mêle point à l’eau, mais il y surnage ; & lorsqu’elle est chaude, il s’y résout en une huile très-volatile. Quand on le met à distiller, on n’en tire aucune liqueur : mais il se sublime en entier, sans qu’il s’en perde la moindre chose ; il ne donne point d’empyreume, & ne laisse point de tête-morte en arriere ; il s’enflamme très-aisément à un feu ouvert, & brûle même dans l’eau ; il donne beaucoup de suie, mais aucunes cendres. Le camphre se dissout très-aisément dans toutes les huiles, tant exprimées que distillées, dans l’esprit de vin bien rectifié, dans l’eau-forte, mais plus difficilement dans l’huile de vitriol. On ne parvient à le mêler avec l’eau que par le moyen du blanc d’œuf.

De toutes ces propriétés M. Neumann se croit autorisé à conclurre que le camphre doit être regardé comme une substance toute particuliere, qui ne doit être rangée dans aucune autre classe, & que le nom qu’on lui donne est générique, & doit se joindre à celui de la plante dont il a été tiré ; c’est-à-dire qu’on devroit dire camphre de thym, camphre de romarin, & ainsi des autres plantes dont on pourroit le tirer. En effet, selon lui, les propriétés qui viennent d’être énoncées, prouvent que le camphre ne peut être appellé ni résine, ni gomme, ni sel volatil, ni huile, & que c’est une substance toute particuliere, & qui a des caracteres qui la distinguent de tous les autres corps. M. Neumann en conclut aussi que tout camphre a l’odeur spécifique du végétal dont il a été tiré, & que la façon dont il l’a tiré du thym conduit à croire qu’on peut le tirer de même de beaucoup d’autres plantes.

Le camphre s’employe dans les feux d’artifice, dans beaucoup de vernis, &c. On prétend que dans les cours des princes orientaux on le brûle avec de la cire pour éclairer pendant la nuit. On assure que le camphre réduit en poudre, & saupoudré sur les habits & meubles, les préserve des mittes & teignes : mais son principal usage est dans la Medecine & dans la Chirurgie. Il est regardé comme un des plus puissans diaphorétiques, & sa volatilité fait que lorsqu’il est échauffé par la chaleur de l’estomac, il pénetre dans toutes les parties du corps. On prétend que c’est un préservatif contre la peste & les maladies contagieuses. Bien des gens croyent qu’il est soporatif, rafraîchissant & calmant : mais ces dernieres propriétés ne sont point avérées. On s’en sert dans des poudres & dans des élixirs ; il entre aussi dans l’huile bézoardique de Wedelius. Mais les effets extérieurs du camphre sont beaucoup plus certains & d’un usage très fréquent dans la Chirurgie : mêlé avec l’essence de myrrhe & d’aloès, c’est un excellent remede pour arrêter le progrès de la gangrene, la carie des os, ou déterger les plaies. L’usage de l’esprit-de-vin ou de l’eau-de-vie camphrée est journalier & connu de tout le monde. (—)

Le camphre s’employe intérieurement avec succès, dissous par le moyen du jaune d’œuf, & étendu dans quelques liqueurs appropriées, pour arrêter le progrès de la gangrene dans les esquinancies gangréneuses. La dose est de quatre ou cinq grains dans une potion de huit onces. Mêlé avec les sels de cantharides, il empêche qu’elles n’offensent la vessie ; sa subtilité le mettant en état de les accompagner dans tous les recoins des vaisseaux, & d’émousser leur acreté.

Le docteur Quincy observe que l’on commence à unir avec succès le camphre aux remedes mercuriaux ; qu’il modere leur qualité irritante, & les aide à pénétrer dans les conduits les plus déliés, où ils operent par fusion & par la force de l’impulsion : car non-seulement le mercure doux ou calomel n’agit plus par ce moyen sur les glandes salivales ; mais le turbith minéral qui opere de lui-même avec violence par haut & par bas, étant mêlé avec le camphre, se fait beaucoup moins sentir, circule avec plus de facilité, & excite la transpiration d’une maniere beaucoup plus efficace qu’aucun autre remede d’une moindre pesanteur spécifique.

M. Lemery a tenté de faire l’analyse du camphre : mais soit que ses parties ayent été trop déliées & trop volatiles, pour être poussées à un plus grand degré de pureté par un procédé chimique, ou que ses principes, qui selon toute apparence doivent être une huile & un sel volatil, soient unis trop étroitement, il n’a jamais pû venir à bout de les décomposer.

Cet auteur remarque que le camphre ne peut se dissoudre dans des liqueurs aqueuses, mais bien dans celles qui sont sulphureuses ; qu’il ne se dissout point non plus dans les alkalis, ni dans certains acides, mais bien dans l’esprit de nitre ; ce qu’aucune autre résine ne peut faire. On donne ordinairement à cette dissolution le nom d’huile de camphre ; & c’est à elle que l’on attribue la vertu médecinale du camphre, dans les plaies, les gangrenes, & la carie des os. On n’en use point intérieurement à cause de son acreté & de sa causticité ; quoique M. Lemery lui ait vû produire de bons effets dans les obstructions & les abcès de matrice, pris à la dose de deux ou trois gouttes. Il le mêle cependant pour l’ordinaire avec une égale quantité d’huile d’ambre. On a fait ce proverbe sur le camphre :

Camphora per nares castrat odore mares,


mais il est faux suivant Scaliger & Tulpius.

Si on jette du camphre dans un bassin sur de l’eau-de-vie, qu’on les fasse bouillir jusqu’à leur entiere évaporation, dans quelque lieu étroit & bien fermé, & qu’on y entre ensuite avec un flambeau allumé, tout cet air enfermé prend feu sur le champ, & paroît comme un éclair, sans incommoder le bâtiment ni les spectateurs.

On fait du camphre artificiel avec de la sandaraque & du vinaigre blanc distillé, qu’on met pendant 20 jours dans le fumier de cheval, & qu’on laisse après au soleil pendant un mois pour sécher, & on trouve le camphre sous la forme d’une croûte de pain-blanc, qu’on appelle autrement gomme de génievre, vernis-blanc, & mastic. (N)