L’Encyclopédie/1re édition/CHAMFREIN

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CHAMELY
CHAMFRER  ►

CHAMFREIN, s. m. en Architecture ; c’est l’inclinaison pratiquée au-dessus d’une corniche ou imposte, que les ouvriers appellent biseau ; mais ces deux expressions s’appliquent plûtôt à la Menuiserie & à la Charpenterie, qu’à la Maçonnerie ; où l’on appelle revers-d’eau les pentes que l’on observe sur la saillie des entablemens ou corniches de pierres, dans les façades extérieures des bâtimens. (P)

Chamfrein, se dit, parmi les Horlogers, d’une petite creusure faite en cone. Voyez Chamfrein, Serrur. Patine, &c. (T)

Chamfrein, en Jardinage, se dit d’une corniche pratiquée dans une décoration champêtre, dont on a abattu toutes les moulures pour la faire paroître rabattue dans un seul pan ou biais. On l’appelle encore biseau. Voyez Biseau. (K)

Chamfrein, en termes de Manege, est la partie du devant de la tête du cheval, qui va depuis le front jusqu’au nez. Le chamfrein blanc est une raie de poil blanc, qui couvre tout le chamfrein.

* Chamfrein, en Serrurerie : si l’on a, par exemple, un morceau de fer quarré, & qu’on en abatte un angle en y pratiquant dans toute sa longueur un pan, de maniere qu’au lieu d’être à quatre faces égales, il n’en reste plus que deux entieres, mais que les deux autres soient altérées par le pan, ce pan s’appelle, en Serrurerie, un chamfrein. Ainsi le chamfrein d’un pesle, c’est le pan pratiqué au pesle, en abattant l’angle qui doit frotter contre la gache : ce pan pratiqué, rend cette partie du pesle arrondie, & facilite la fermeture. Cette idée du chamfrein est très-exacte.