L’Encyclopédie/1re édition/BISEAU

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 261-262).
◄  BISÉ
BISEGLIA  ►

* BISEAU, s. m. chez presque tous les ouvriers en fer & en acier, se dit d’un petit talud que l’on pratique soit à la lime, soit à la meule, soit à la polissoire ; mais plus ordinairement à la meule, tout le long du tranchant d’un instrument qui doit couper. On dit lever un biseau ; & cette opération précede presque toûjours la formation du tranchant ; il y a même des instrumens où le tranchant reste en biseau plus ou moins court, selon que la matiere qu’ils ont à couper est plus ou moins dure ; telles sont les forces, les cisailles, &c. On ne le laisse pas aux petits ciseaux, ou du moins il y est presqu’insensible.

Biseau, (en terme de Diamantaire.) sont les principales faces qui environnent la table d’un brillant ; ces biseaux sont encore recoupés par en bas en plusieurs petites facettes qu’on appelle indifféremment ciseaux recoupés, ou facettes recoupées.

Biseau, (Jardinage & Architecture.) Voyez Chamfrain.

Biseau, (ustencile d’Imprimerie.) c’est un morceau de bois long, large de douze à quinze lignes dans sa partie la plus large, sur sept à huit lignes d’épaisseur, très-uni d’un côté & de l’autre, qui va en diminuant depuis sa tête jusqu’à son extrémité. Il y en a de taillés pour la couche droite, & d’autres pour la couche gauche ; ainsi ils ne peuvent être changés de côté ; ils sont plus ou moins longs, suivant la grandeur de l’ouvrage. Le côté uni du biseau soûtient une des extrémités des lignes, & l’autre côté donne la facilité de serrer la forme avec les coins. Voyez Planche XI. fig. 5. lettre K L fig. 6. lettre L, M, fig. 7. lettre M, N.

Biseaux, (dans l’orgue.) c’est le diaphragme qui est placé entre le corps du tuyau & son pié. Voyez les articles Bourdon de 16 piés, ou 8 piés bouché, & Montre de 16 piés, où les deux sortes de biseaux sont décrits.

Biseau, outil dont les Tourneurs se servent : il est d’acier ; le tranchant en est formé par un plan incliné en angle aigu à la longueur de l’outil, & dont l’arrête est aussi oblique à cette même longueur : il y en a de droits, de gauches, de ronds, de revers. Voyez-en les figures Planche I. du Tour. Tous ces outils sont emmanchés dans des manches de bois garnis de viroles.