L’Encyclopédie/1re édition/CHANCRE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CHANCIR
CHANDEGRI  ►

CHANCRE, s. m. terme de Chirurgie, est un ulcere malin qui ronge & mange les chairs : il tient de la nature du carcinome. Voyez Carcinome.

On appelle communément chancres, des petits ulceres qui viennent au-dedans de la bouche : ils sont simples, scorbutiques, ou vénériens ; les simples ne sont point différens des aphthes. V. Aphthes.

Les chancres scorbutiques attaquent particulierement les gencives qui sont dures, élevées, gorgées d’un sang noir ; les racines des dents sont déchaussées, &c. Voyez Scorbut.

Les chancres vénériens qui viennent dans la bouche affectent plus particulierement les glandes amygdales & le voile du palais. Il y a souvent carie de l’os propre du palais & de la voûte palatine. Ces chancres sont des symptomes de la vérole. Voyez Vérole. La guérison de ces chancres exige, après l’exfoliation des os du palais, l’usage d’un instrument qui supplée aux os. Voyez Obturateur.

Il survient des chancres ou ulceres vénériens aux parties naturelles de l’un & l’autre sexe, à la suite d’un commerce impur : le bon ou le mauvais traitement de ces sortes d’ulceres décide souvent du sort du malade. On peut quelquefois les guérir radicalement par un traitement méthodique, sans que la vérole se manifeste. Quelques praticiens prétendent qu’un chancre vénérien est une preuve de vérole confirmée, & que le traitement du vice local de l’administration de quelques anti-vénériens, ne dispense pas de passer par les grands remedes. Sur tout cela il faut que le Chirurgien se guide par les accidens, & que le malade soit guidé par un habile Chirurgien. (Y)

Chancre, (Jardinage.) est une maladie assez ordinaire aux arbres : c’est un défaut dans la séve, qui se porte dans une partie de la tige avec trop d’abondance, & qui y cause une pourriture qui s’étend, & qui dépouille enfin toute l’écorce.

Le vrai moyen de guérir cette maladie, est de couper jusqu’au vif toute la partie atteinte de ce mal, & de remplir la plaie avec de la bouse de vache, qu’on fait tenir avec du linge lié au corps de l’arbre chancreux. (K)