L’Encyclopédie/1re édition/CHARTOPHILAX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CHARTIL
CHARTRAIN  ►

CHARTOPHILAX, s. m. (Hist. anc.) c’étoit un officier de la ville & même de l’église de Constantinople ; il étoit le gardien des archives. Voyez Archives.

Ce mot vient de χάρτης, & de φυλάττω, custodio ; & il signifie garde-chartre, ou gardien des titres originaux, soit de la couronne, soit de la ville, soit de l’église. Il étoit, selon Codin historien de la Byzantine, le juge des grandes causes, & le bras droit du patriarche ; il étoit de son grand-conseil. Outre la garde des titres dont il étoit dépositaire, de ceux même qui regardoient les droits ecclésiastiques, il présidoit à la décision des causes matrimoniales, & il étoit juge des clercs. Il rédigeoit les sentences & les décisions du patriarche, les signoit, & y apposoit le sceau. C’étoit comme le greffier en chef des cours supérieures, & par conséquent un officier très-distingué. Il avoit séance avant les évêques, quoiqu’il ne fût que diacre ; il avoit sous lui douze notaires ; il assistoit aux consécrations des évêques ; il tenoit registre de leur élection & consécration, & c’étoit lui qui présentoit le prélat élû aux évêques consécrateurs.

Il y avoit à Constantinople deux officiers de ce nom ; l’un pour la cour, & l’autre pour le patriarche : le premier s’appelloit registrator, & l’autre scriniarius. Cependant, eû égard à leurs fonctions, ils étoient souvent confondus. Il ne faut pas, comme a fait Leuclavius écrivain Allemand du xvj. siecle, le prendre pour le chartulaire des Romains, qui exerçoit, à peu de chose près, la même fonction. L’Angleterre a pareillement un chartophilax ; c’est lui qui est le gardien des titres de la couronne, qui sont déposés à la tour de Londres, où on les communique fort aisément, en donnant tant par chaque titre ; c’est ce qu’on appelle garde des rolles, parce que le terme de rolles signifie ce que nous appellons en François chartes, titres, ou même archives. Outre ce garde des rolles de la tour, il y a encore un garde des archives de la chancellerie ; & les églises en Angleterre ont aussi leur garde des rolles, aussi bien que les comtés & les villes principales. En France, le charthophilax, ou garde des titres de la couronne, est le procureur général du parlement. On ne peut obtenir des copies de ces titres qu’en vertu d’un ordre du Roi. Nous en avons un inventaire manuscrit qui indique exactement les titres, à l’exception de ceux qui sont en minute dans des registres particuliers. Ces titres, qui ne commencent parmi nous qu’après Philippe Auguste, ne s’étendent que juqu’au milieu du xvj. siecle ; depuis ce tems, chaque secrétaire d’état a ses archives ou son dépôt. (G) (a)