L’Encyclopédie/1re édition/CHAUDERON

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

* CHAUDERON, s. m. (Art méchaniq.) vaisseau plus petit que la chaudiere, de cuivre ou d’airain, & d’un usage presque infini, soit dans les arts, soit dans la vie domestique. Voici quelques-uns de ces usages qui feront voir qu’il en a été du mot chauderon, comme du mot chaudiere, & qu’on les a transportés l’un & l’autre à des ustensiles avec lesquels ils avoient seulement de la conformité, soit par la figure, soit par l’emploi.

* Chauderons de Dodone. (Mytholog.) Les chauderons resonnans de Dodone ont été très-fameux dans l’antiquité. Voici la description qu’on en trouve dans Etienne de Byzance : « Il y avoit à Dodone deux colonnes paralleles & proche l’une de l’autre. Sur l’une de ces colonnes étoit un vase de bronze de la grandeur ordinaire des chauderons de ce tems ; & sur l’autre colonne, une statue d’enfant. Cette statue tenoit un foüet d’airain mobile & à plusieurs cordes. Lorsqu’un certain vent venoit à souffler, il poussoit ce foüet contre le chauderon, qui resonnoit tant que le vent duroit ; & comme ce vent régnoit ordinairement à Dodone, le chauderon resonnoit presque toujours : c’est de-là qu’on fit le proverbe, airain de Dodone, qu’on appliquoit à quelqu’un qui parloit trop, ou à un bruit qui duroit trop long-tems ». Il me semble que les auteurs & les critiques seroient très-bien représentés, les uns par les chauderons d’airain de Dodone, les autres par la petite figure armée d’un foüet, que le vent poussoit contre les chauderons. La fonction de nos gens de lettres est de resonner sans cesse ; celle de nos critiques de perpétuer le bruit : & la folie des uns & des autres, de se prendre pour des oracles.

Chauderon, terme de Boyaudier, espece de baquets dans lesquels ces ouvriers mettent tremper les boyaux ; ce sont pour l’ordinaire des tonneaux coupés en deux par le milieu, dont les cercles sont de fer, qu’on remplit d’eau, & dans lesquels on met amortir les boyaux. Voyez Boyaudier.

Chauderon, ustensile de cuisine, qui est ordinairement ou de cuivre ou de fer de fonte, avec une anse de fer mobile : cette anse sert à le suspendre sur le feu à une crémailliere.

Chauderon de pompe. (Marine.) on appelle ainsi en terme de Marine une piece de cuivre faite à-peu-près comme un chauderon, & percée d’une quantité de trous ronds, dont on entoure le bas de la pompe du vaisseau, pour empêcher les ordures d’entrer avec l’eau dans le corps de la pompe. (Z)

Chauderon, en terme de Bottier ; c’est une genouilliere aussi haute en-dedans qu’en-dehors, & qui par son égale profondeur ressemble assez à un chauderon. Voyez la figure 47. Planche du Cordonnier-Bottier.