L’Encyclopédie/1re édition/CLYSTERE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CLYSSUS
CNACALESIA  ►

CLYSTERE, LAVEMENT, REMEDE, trois termes synonymes en Medecine & en Pharmacie. Je ne les arrange point ici au hasard, mais selon l’ordre chronologique de leur succession dans la langue.

Il y a long-tems que clystere ne se dit plus ; lavement lui a succédé : cependant l’abbé de S. Cyran le mettoit sous le regne de Louis XIV. au rang des mots deshonnêtes qu’il reprochoit au pere Garasse, que quelques-uns appelloient l’Hélene de la guerre des Jésuites & des Jansénistes. Je n’entens, disoit le pere Garasse, par lavement, que gargarisme ; ce sont les Apothicaires qui ont profané ce mot à un usage messéant.

C’est une chose bien singuliere que l’attaque de l’abbé de S. Cyran ; c’en est une autre qui l’est plus encore que la défense du P. Garasse.

On a substitué de nos jours le terme de remede à celui de lavement ; remede est équivoque, mais c’est par cette raison même qu’il est honnête.

Clystere n’a plus lieu que dans le burlesque, & lavement que dans les auteurs de Medecine ; c’est aussi sous ce dernier que nous parlerons de ce genre d’injection qu’on porte dans les intestins par le fondement, & que les Chinois, en s’en servant, appellent le remede des Barbares. Cet article est de M. le Chevalier de Jaucourt.