L’Encyclopédie/1re édition/COMPAROIR ou COMPAROITRE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  COMPARES

COMPAROIR ou COMPAROITRE, v. n. (Jurisprud.) signifie se présenter devant le juge, greffier, notaire, ou autre officier public, pour répondre à une sommation ou assignation. Voyez ci-dev. Comparant.

Il y a des défauts faute de comparoir. Voyez ci-après au mot Défaut.

Anciennement lorsqu’un bourgeois de Bourges, mandé par le prevôt ou par le voyer, n’avoit pas comparu, & étoit condamné à l’amende ; si ce bourgeois vouloit être déchargé de l’amende, prétendant qu’il n’avoit pas reçû l’avertissement, il falloit qu’il se battît en duel, suivant la coûtume barbare de ce tems-là, où le duel passoit pour un moyen de s’assûrer de la vérité des faits. Louis VI. abolit cette mauvaise coûtume, & ordonna que quand un bourgeois de Bourges affirmeroit qu’il n’avoit pas reçû l’avertissement, il seroit quitte de l’amende, & qu’il n’y auroit plus de duel comme auparavant. Cette ordonnance de Louis VI. fut confirmée par Louis VII. en 1145, & par Louis VIII. en 1224. Voyez le recueil des ordonn. de la troisieme race. (A)