L’Encyclopédie/1re édition/CONGIAIRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CONGESTION
CONGLETON  ►

CONGIAIRE, s. m. (Hist. anc.) terme de Médailliste, don ou présent representé sur une médaille.

Ce mot vient de celui de conge, congius, parce que les premiers présens que l’on fit au peuple consistoient en huile & en vin, qui se mesuroient par conges. Voyez Conge.

Le congiaire étoit proprement un présent que les empereurs faisoient au peuple Romain ; ceux que l’on faisoit aux soldats ne s’appelloient point congiaires, mais donatifs. Voyez Donatif.

L’inscription des congiaires est congiarium, ou liberalitas.

Tibere donna pour congiaires 300 pieces de monnoye à chaque citoyen ; Auguste en donna 250, 300, 400 ; Caligula donna deux fois trois cents sesterces par tête. Neron en donna quatre cents ; c’est le premier dont les congiaires soient marqués sur les médailles. Adrien donna des épiceries, du baume, du safran ; Commode, 725 deniers ; Aurélier, des gâteaux de deux livres, du pain, de l’huile, du porc & d’autres mets. Voyez Sesterce.

Les enfans n’étoient point exclus de cette libéralité du tems d’Auguste, quoiqu’auparavant il n’y eût que les enfans au-dessus de douze ans qui y eussent part.

Il n’est plus fait mention de congiaires dans les médailles des empereurs depuis Quintillus, soit que les monetaires ayent alors cessé de représenter ces sortes de libéralités sur la monnoie ; soit que ces princes n’ayent pas eû le moyen de destiner à ces dépenses leurs revenus, qui pouvoient à peine suffire à soutenir les guerres considérables qui ravageoient l’empire. (G)