L’Encyclopédie/1re édition/DONATIF

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  DONATEUR
DONATION  ►

DONATIF, s. m. (Hist. anc.) présent qu’on fait à une personne : en ce sens ce terme est vieux ; on dit plûtôt gratification. Il ne s’employe proprement qu’en parlant des libéralités que les magistrats ou les consuls de Rome faisoient au peuple ou aux soldats.

Les Romains faisoient de grands donatifs à leurs soldats. Julia-Pia femme de l’empereur Severe, est appellée dans certaines médailles mater castrorum, à cause de sa bonté pour les soldats, & du soin qu’elle prenoit de faire augmenter leurs donatifs, &c.

Donatif signifioit proprement un don fait aux soldats ; & congiarium, un don fait au peuple. Voyez Congiaire.

Saumaise dans les notes sur la vie d’Héliogabale par Lampride, parlant d’un présent ou donatif que cet empereur fit aux soldats de trois pieces d’or par tête, remarque que c’étoit le taux ordinaire auquel la loi fixoit ces sortes de dons.

Casaubon dans les notes sur la vie de Pertinax par Capitolin, dit que Pertinax promit 3000 deniers à chaque soldat, ce qui monte à environ trente écus de notre monnoie. Le même auteur ajoûte que la loi fixoit ces présens à 20000 deniers, & qu’il n’étoit pas ordinaire de donner moins, sur-tout aux soldats prétoriens ; que les centurions avoient le double, les tribuns à proportion, &c. Dict. de Trév. & Chambers. (G)

Donatif, (Hist. ecclés. d’Angl.) se dit en Angleterre d’un bénéfice donné & conféré à une personne par le fondateur ou le patron, sans présentation, institution ou installation par l’ordinaire. Voyez Bénéfice.

Si des chapelles fondées par des laïcs, ne sont point approuvées par le diocésain, ou, comme l’on dit, ne sont point spiritualisées, on ne les regarde pas comme de véritables bénéfices ; elles ne peuvent être conférées par l’évêque, mais elles restent à la pieuse disposition des fondateurs ou de leurs héritiers, qui peuvent conférer ou donner ces chapelles sans l’évêque. Voyez Chapelle.

Gwin observe que le roi pouvoit anciennement fonder une chapelle libre, & l’exempter de la jurisdiction du diocésain ; ainsi il peut par des lettres patentes donner le pouvoir ou la liberté à une personne ordinaire de fonder une chapelle de cette espece, & de la faire donative & non présentable : & le chapelain ou le bénéficier ne pourra être destitué que par le fondateur ou ses héritiers, & non par l’évêque ; & il paroît que c’est de-là que les donatifs ont pris leur origine en Angleterre.

Anciennement tous les évêchés étoient donatifs par le roi. De plus, quand un évêque reçoit un bénéfice, cette collation est proprement un donatif, à cause que l’on ne peut présenter un évêque à lui-même. Voyez Bénéfice, Patron, Présentation, Collation, &c. Chambers. (G)