L’Encyclopédie/1re édition/CONTREVALLATION

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CONTREVALLATION, s. f. (ligne de) c’est, dans l’attaque des places, une espece de retranchement semblable à la circonvallation, dont l’objet est de couvrir l’armée qui fait un siége contre les entreprises de la garnison.

Cette ligne differe de la circonvallation, en ce que celle-ci est destinée à s’opposer aux entreprises de l’ennemi qui est hors de la place, & que la contrevallation a pour objet de fortifier le camp contre les attaques des assiégés : c’est pourquoi elle ne se construit que lorsque la garnison est assez nombreuse pour inquiéter l’armée assiégeante.

La contrevallation se construit à la queue du camp, de la même maniere & suivant les mêmes regles que la circonvallation. Elle doit être éloignée de la place d’environ 1200 toises. Comme elle n’est faite que pour résister à un corps de troupes moins considérable que celui qui peut attaquer la circonvallation, elle peut avoir moins d’épaisseur à son parapet, & moins d’épaisseur à son fossé. On peut y observer les dimensions du sixieme profil de la circonvallation. Voyez Circonvallation. Voyez aussi Plan. XIV. de Fortification, une partie d’une circonvallation & une partie d’une ligne de contrevallation, & la position des camps des troupes entre ces deux lignes.

Il est assez rare de voir des siéges où l’on construise aujourd’hui une ligne de contrevallation, parce que l’armée assiégeante est toûjours si supérieure à la garnison de la place, que cette garnison ne pourroit guere s’exposer à en sortir pour attaquer le camp, sans un péril évident. Elle étoit bien plus ordinaire chez les anciens ; mais aussi leurs garnisons étoient plus fortes que les nôtres : car comme les habitans des villes agissoient pour leur défense de la même maniere que le soldat, il y avoit alors autant de troupes pour la défense d’une place, qu’elle avoit d’habitans.

La circonvallation & la contrevallation sont d’un usage très-ancien : on en trouve des-exemples dans l’Ecriture & dans les historiens de la plus haute antiquité. Cependant l’auteur de l’histoire militaire de Louis le grand prétend que César en est le premier inventeur. On peut voir dans l’attaque & la défense des places de M. le chevalier Folard, combien cette opinion est peu fondée. Cet auteur prétend, avec beaucoup de vraissemblance, que ces lignes sont aussi anciennes que la méthode d’enfermer les villes de murailles, c’est-à-dire de les fortifier. Attaque des places par M. Leblond. (Q)