L’Encyclopédie/1re édition/COURBATONS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  COURBARIL
COURBATURE  ►

COURBATONS, s. m. pl. (Marine.) On appelle courbatons, des pieces de charpente fourchues ou à deux branches, presque courbées à angle droit. On les employe pour lier les membres, & pour servir d’arcboutans. Il y en a au-dessus de chaque berrot, il y en a aussi vers l’arcasse, & ailleurs. Ce sont proprement des courbes petits & minces.

Courbaton de beaupré ; c’est une piece de bois qui fait angle aigu avec la tête du mât, au bout duquel est un petit chouquet où l’on passe le perroquet de beaupré.

Le courbaton qu’on place sur le perroquet de beaupré, doit avoir en sa branche supérieure un pié de longueur par chaque dix piés de long que l’on donne au mât, & pour sa branche inférieure on la tient aussi longue qu’il est possible ; il faut qu’il soit quarré sous le chouquet, & que dans ce même endroit il ait la même épaisseur que le perroquet.

Courbaton de bittes, Voyez Bittes.

Courbatons de l’éperon ; ce sont ceux qui font la rondeur de l’éperon, depuis la fleche supérieure jusqu’au premier porte-vergue. Voyez Pl. IV. de Marine, fig. 1. la position des courbatons de l’éperon, qui sont cotés 189, le porte-vergue 188, & la fleche 183 ; c’est entre ces courbatons que dans les grands vaisseaux on fait des aisances pour l’équipage.

Les courbatons sont quarrés ; & aux endroits où ils posent sur les porte vergues, ils ont autant d’épaisseur que le porte-vergue a de largeur.

Lorsque le plus haut & le plus bas porte-vergues sont posés, on pose les courbatons de l’éperon, qui panchent un peu en-avant en suivant la quite de l’étrave, & font une rondeur entre les porte-vergues, & puis après on pose le troisieme porte-vergue par-dessus.

Courbatons ou Caquets de hune ; ce sont plusieurs pieces de bois, longues & menues, qui sont mises en maniere de rayons autour des hunes, & qui servent à lier ensemble le fond, les cercles, & les garites qui composent la hune. Voyez Pl. VI. de Marine, fig. 19.

Le nombre des courbatons de hune se regle sur le nombre de piés que le fond a dans son tour où sont les cercles, si bien que lorsqu’il y a douze piés de tour, il faut mettre vingt-quatre courbatons. En faisant les trous par où passent les cadenes de haubans, il faut bien prendre garde qu’il se trouve toûjours un trou tout droit devant le courbaton du milieu. Voyez Hune. Dictionn. de Marine. (Z)