L’Encyclopédie/1re édition/COUTURIER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  COUTURE
COUTURIERE  ►

COUTURIER, (Anat.) muscle de la jambe. Le couturier qui est logé dans une gaîne, production du fascia-lata qui le sépare des autres muscles, est très remarquable par sa situation oblique ; il vient de l’épine supérieure & antérieure de l’os des îles, à côté de l’épineux ; il se porte obliquement de dehors en-dedans, & va s’insérer à la partie interne & supérieure du tibia ; il est difficile de conduire son tendon jusqu’à l’os, parce qu’il se confond dans cet endroit avec une production aponévrotique, qui appartient au fuscia-lata. Le couturier n’agit point seul, c’est l’auxiliaire de plusieurs muscles ; cependant son principal usage est de faire tourner l’os de la cuisse sur son axe, en portant la jambe pliée vers l’autre.

Ce muscle est le plus long de tous ceux du corps humain ; outre la flexion de la jambe, à laquelle il a part, il sert aussi, comme M. Winslow l’a remarqué, à faire la rotation de la cuisse de devant en-dehors, soit qu’elle soit étendue ou fléchie ; quand il opere cette rotation, la jambe étant fléchie, il fait croiser cette jambe avec l’autre, à-peu-près comme font les tailleurs d’habits lorsqu’ils travaillent étant assis. Voilà d’où lui vient le nom de couturier, & en latin celui de sartorius.

C’est sous le muscle couturier que sont situées la veine & l’artere crurale, & un gros nerf appellé aussi crural, qui vont se distribuer à la jambe & au pié. Les Chirurgiens doivent y prendre garde, quand ils ont des incisions à faire au-dedans de la cuisse ; car alors ils pourroient donner atteinte à ces vaisseaux s’ils poussoient jusque-là leurs instrumens, ce qui seroit très-dangereux. Fabrice de Hilden, dans la cinquante-deuxieme observation de la troisieme centurie, rapporte ce qui arriva en pareil cas à un charlatan, lequel voulant emporter une tumeur qu’un homme de qualité avoit au-dedans de la cuisse, & ignorant la situation de ces vaisseaux, ne manqua pas de les ouvrir, & le malade mourut avant que l’on pût arrêter l’hémorrhagie qui s’ensuivit de cette ouverture.

Je dois observer ici, qu’il se trouve un petit espace entre le couturier & le vaste-interne, autre muscle de la jambe, où l’on peut appliquer le cautere. Voyez Cautere. Par M. le Chevalier de Jaucourt.