L’Encyclopédie/1re édition/COUVENT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  COUVÉE
COUVER  ►

COUVENT, s. m. terme d’Architecture, grand bâtiment où se retirent des personnes du même sexe, qui consacrées à Dieu, y vivent dans la retraite & la pratique de la vertu. On appelle les couvens monasteres, communautés, ou abbayes, selon qu’ils sont gouvernés par des abbés ou abbesses, prieurs ou prieures. Les bâtimens de ces monasteres consistent principalement en églises, cloîtres, réfectoires, dortoirs, chapitres, parloirs, cours, préaux, jardins, &c. Voyez chacun de ces termes. Les couvens de filles different de ceux des hommes, en ce que le chœur (Voyez Chœur) & leurs bâtimens intérieurs sont séparés des dehors par des grilles & des parloirs qui en défendent l’entrée. Les deux plus beaux monumens de ce genre qui se voyent à Paris, sont l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés & celle du Val-de-Grace, la premiere pour hommes, & la seconde pour filles.

Les bâtimens intérieurs doivent être d’une belle disposition, exposés convenablement, & bâtis avec solidité. Leurs églises sont ordinairement assez spacieuses, & d’une décoration proportionnée à l’importance du monastere ; celle du Val-de-Grace est une des plus belles, & dont l’ordonnance soit la plus relative à la convenance du lieu, & à l’idée qu’on doit se former d’un lieu saint. Les églises des Petits-Peres, des Jacobins, la rotonde des filles Sainte-Marie, dans un genre beaucoup plus simple, sont aussi fort estimées ; mais une des églises conventuelles de Paris, qui soit la plus conforme à la dignité des cérémonies de la religion, est celle des Carmelites du fauxbourg saint-Jacques : nous citerons aussi les abbayes de Corbie & de Clairvaux, décorées à la moderne avec beaucoup d’art & de goût. Voyez les desseins de celle de Corbie, dans nos Planches d’Architecture ; & ceux du Val-de-Grace, dans l’Architecture françoise, tome II. (P)

Couvent, (Jurispr.) on ne donne ce nom qu’aux maisons habitées par des religieux ou religieuses, qui sont autorisés à y former une communauté ; car les autres maisons appartenantes à des religieux, telles que des maisons de campagne & métairies, même celles où ils ont des hospices, ne sont pas des couvens.

Il faut même un certain nombre de religieux dans un monastere ; pour qu’il soit conventuel proprement dit : ce nombre est plus ou moins considérable, selon les statuts de chaque ordre ou congrégation.

Il y a dans l’ordre de Cluni des prieurés composés de quatre ou cinq religieux qui ne sont pas conventuels, mais qu’ils appellent prieurés sociaux. Voy. Prieurés & Monasteres.

On ne peut fonder aucun couvent sans une permission de l’évêque diocésain, autorisée par lettres patentes du Roi, dûement enregistrées au parlement Voyez l’édit du mois d’Août 1749.

Les juges & officiers de police, les commis des fermes sont en droit de faire la visite dans les couvens quand ils le jugent à-propos.

Le juge séculier ne peut contraindre des religieuses de recevoir dans leur couvent une fille ou une veuve, sans la permission de l’ordinaire. Augeard, tome II. ch. xxij. & xxxviij.

Une femme en puissance de mari ne peut pas non plus se retirer dans un couvent sans le consentement de son mari, ou sans y être autorisée par justice.

Petit couvent, se prend pour les biens qui ne sont pas de la premiere fondation du monastere : ainsi on appelle biens du petit couvent, ceux qui ont été acquis par les religieux, ou qui leur ont été aumônés ou donnés pour fondations particulieres.

Lorsqu’il s’agit de faire un partage des biens entre l’abbé ou prieur commendataire & les religieux, on distingue si les biens ont été donnés avant l’introduction de la commende, ou depuis ; ceux qui ont été donnés avant, ne se partagent qu’à la charge par le commendataire de payer aux religieux l’honoraire pour les messes, obits, & autres fondations qui s’acquittent dans le monastere. Voyez les mém. du clergé, édit. de 1716. tome IV. col. 1226. au mot Partage. (A)