L’Encyclopédie/1re édition/CURE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CURDISTAN
CURÉ  ►

CURE, (Jurisprud.) ainsi appellée du latin cura, qui signifie en général soin, charge : en matiere ecclésiastique signifie ordinairement une église & bénéfice ecclésiastique, auxquels est attaché le soin des ames de certaines personnes ; & lorsque cette église a la charge des ames d’un territoire limité, elle forme une paroisse : & en ce cas les termes de cure & de paroisse sont souvent employés indifféremment, quoiqu’ils ne soient pas absolument synonymes.

Il y a plusieurs sortes de cures, comme on l’expliquera dans les subdivisions suivantes.

Celui qui possede un bénéfice cure est ordinairement appellé curé ; mais si cette cure est attachée à un bénéfice régulier, celui qui en est titulaire est appellé prieur-curé ou prieur simplement. Voyez ci-après Curé.

Les fonctions curiales seront aussi expliquées au même endroit.

Les revenus des cures consistent en dixmes, oblations & offrandes, gros, portion congrue : chacun de ces objets sera aussi expliqué en son lieu.

Cure-bénéfice, est tout bénéfice qui a charge d’ames. Ces sortes de bénéfices ne forment pas tous des paroisses ; car on peut avoir charge d’ames de certaines personnes, sans avoir un territoire circonscrit & limité, lequel est nécessaire pour constituer une paroisse. Les chapitres, par exemple, ont charge d’ames, & font les fonctions curiales pour leurs chanoines & chapelains ; ils leur administrent les sacremens & la sépulture, quoiqu’ils demeurent hors du cloître.

Cures exemptes, c’est-à-dire celles qui dépendent d’ordres exempts de la jurisdiction de l’ordinaire : les églises paroissiales de ces cures, quoique desservies par des réguliers, ne laissent pas d’être sujettes à la visite des évêques ; & si les curés réguliers commettent quelque faute dans leurs fonctions curiales, ou administration des sacremens, ils sont soûmis à cet égard à la jurisdiction de l’évêque diocésain, & non au supérieur de leur monastere.

Cures personnelles, sont des églises qui font les fonctions curiales pour certaines personnes, sans avoir de territoire limité.

Cure à portion congrue, est celle où le curé n’a point les grosses dixmes, au lieu desquelles les gros décimateurs lui payent annuellement une somme de 300 1. à titre de portion congrue. V Portion congrue.

Cures-prieurés, sont des prieurés réguliers, mais non conventuels, auxquels sont attachées les fonctions curiales d’un certain territoire ou paroisse. Il y en a beaucoup dans l’ordre de S. Benoît, & dans ceux de saint Augustin, de Prémontré, & autres ; les premiers, c’est-à-dire ceux de l’ordre de S. Benoît, sont remplis par des religieux qui sont seulement curés primitifs, & les fonctions curiales sont faites par un vicaire perpétuel : dans les ordres de S. Augustin & de Prémontré, les prieurés-cures sont remplis par des religieux qui sont titulaires des cures, & font eux-mêmes les fonctions curiales.

Cure primitive, est le droit qui appartenoit anciennement à une église de faire les fonctions curiales dans une paroisse dont le soin a depuis été confié à des vicaires perpétuels.

Cures régulieres, sont les prieurés-cures dépendant d’un ordre régulier, comme il y en a beaucoup dans l’ordre de S. Augustin & de Prémontré qui sont remplies par des chanoines réguliers de ces ordres. Voy. ci-apr. au mot Curé l’article Réguliers & Religieux.

Cures séculieres, sont celles qui peuvent être possédées par des prêtres séculiers, à la différence des prieurés-cures qui sont des cures régulieres, qui sont affectés aux réguliers du même ordre. Voyez ci-devant Cures-prieurés & Cures régulieres.

Cures des villes murées : il faut être gradué pour les posséder ; elles ne peuvent être permutées par des gradués avec d’autres ecclésiastiques qui ne le seroient pas. Voyez le code des curés. (A)

Cure, dans quelques anciennes ordonnances, est dit pour curatelle des enfans mineurs. Voyez le IV. tome, pag. 50. 173. & 183. (A)

CURE, s. f. (Medecine.) Ce terme a différentes significations, selon les différens cas dans lesquels il est employé.

1°. On s’en sert pour exprimer le succès d’un medecin (ou de tout autre guérisseur) dans le traitement d’une grande maladie, qui est suivi ou de la guérison que l’on n’avoit pas lieu d’espérer, selon toutes les apparences, ou qui sembloit extrèmement difficile à opérer ; ainsi on dit à cette occasion qu’il a fait une belle cure, lorsque par l’évenement il est censé avoir réussi, ou qu’il a réussi en effet à empêcher que la maladie n’ait été suivie de la mort, ou qu’elle ne restât incurable, comme il y avoit lieu de le craindre dans la supposition. Le mot cure n’est employé dans ce sens que dans le cas où la maladie est terminée, ou comme terminée par le rétablissement de la santé ; ainsi il est alors presque synonyme à guérison. Voyez Guérison.

Il est bien des medecins, ou autres gens soi-disans tels, qui se vantent ou se font honneur d’avoir opéré des cures merveilleuses par des méthodes de traiter qui ne sont le plus souvent (aux yeux des connoisseurs) qu’un tissu de fautes, & autant de preuves de leur ignorance dans le véritable art de guérir ; leur mérite bien apprécié, ne consiste donc, dans ce cas, qu’en ce qu’ils ont été assez heureux pour avoir eu à traiter des sujets dans lesquels la nature a été assez robuste, non-seulement pour détruire seule la cause de ces maladies, mais encore pour surmonter tous les obstacles qu’on a mis à ses opérations dans le cours du traitement, par les effets multipliés des remedes employés mal-à-propos, & conséquemment sans qu’on l’ait consultée, & sans qu’on ait cherché à connoître ce qu’elle indique, parce qu’on ne l’a jamais connue elle-même comme morborum medicatrix. C’est cependant d’un semblable bonheur que naît le plus souvent la plus grande réputation & la moins méritée, parce que très-peu de personnes sont en état de discerner le vrai medecin, parce que le grand nombre ne juge que d’après l’évenement, qui est très-souvent un fort mauvais garant, & qui n’est jamais sûr pour les conséquences qu’on peut en tirer. « Le sage préjugé fut toûjours pour la regle, dit M. de Fontenelle. S’il n’y a pas de moyen absolument sûr pour éviter de se tromper dans le choix d’un medecin, il est au moins certain qu’il est de la prudence de ne donner sa confiance qu’à celui dont l’expérience a toûjours été éclairée par de bonnes études ; & qu’il est au contraire très-dangereux de la donner à celui qui travaille à conserver l’espece humaine, comme Deucalion & Pyrrha travailloient à la réparer ».

2°. Il est aussi d’usage d’employer le mot cure comme synonyme de curation, traitement de maladie, θεραπεία, ἴασις, sanatio, curatio, & par conséquent pendant le cours de la maladie que l’on traite, en employant les moyens propres à en procurer la guérison : ainsi un medecin dit qu’il a eu un tel symptome à combattre, qu’il a fait usage de tel remede pendant toute la cure d’une telle maladie.

Les auteurs d’institutions de Medecine distinguent dans ce dernier sens quatre sortes de cures : 1°. la conservative ou vitale, sous laquelle est aussi comprise l’analeptique : 2°. la préservative ou prophylactique : 3°. la palliative ou mitigative, qui renferme l’urgente : 4°. la radicale, qui est proprement le traitement thérapeutique ou curatif.

Ces différentes sortes de cures sont reglées, pour le choix, par autant de sortes d’indications correspondantes, qui déterminent les différens objets que doit se proposer le medecin dans le traitement de chaque maladie, d’après la connoissance bien acquise de la nature du vice qui trouble l’œconomie animale, dans le cas qui se présente.

La partie de la Medecine qui enseigne la maniere de procurer la cure (guérison) des maladies, & de procéder dans leur cure (traitement), est la Thérapeutique. Voyez Thérapeutique, Méthode de traiter les maladies, ou Traitement ; Indication, Remede, & l’article Medecine. (d)

Cure, (Fauconnerie.) c’est une sorte de pillule composée de coton, d’étoupes & de plumes, que les Fauconniers font prendre aux oiseaux de proie pour dessécher leur flegme. Armer les cures de l’oiseau, c’est mettre auprès quelques petits morceaux de chair, pour lui faire mieux avaler la cure. Tenir sa cure, se dit de l’oiseau quand la pillule fait son devoir. On dit, les oiseaux se portent bien, quand ils ont rendu leur cure.