L’Encyclopédie/1re édition/DIMINUTION

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

DIMINUTION, s. f. figure de Rhétorique, ainsi nommée par antiphrase ; c’est une exagération ou augmentation de ce que l’on veut dire, en se servant néanmoins d’expressions qui semblent l’affoiblir & le diminuer, comme, par exemple, lorsqu’on dit d’une femme ou d’une étoffe, qu’elle n’est pas laide, pour faire entendre qu’elle est belle, ou d’un homme, qu’il n’est pas petit ou léger, pour marquer qu’il est grand ou pesant.

Quelques auteurs employent diminution dans un sens propre & plus strict, pour exprimer quelque chose de moins que ce qu’on dit ; par exemple, dire à un militaire, vous n’êtes point propre au commandement, c’est sous-entendre un reproche encore plus grand, & le soupçonner ou d’ignorance dans son métier ou de lâcheté. (G)

Diminution d’especes, (Jurisprud.) tombe sur celui auquel appartiennent les deniers, suivant la regle générale res domino perit. Le débiteur qui veut se libérer & ne pas supporter les diminutions d’especes qui peuvent arriver, ne doit pas se contenter de faire des offres réelles, il faut que les offres soient suivies d’une consignation effective. Voyez Argent, Especes, Monnoies. (A)

Diminution de feux, (Hist. anc. & Jurisprud.) étoit une réduction du nombre de feux ou portions d’un pays, qui contribuoient aux foüages & autres subsides. Dans l’origine par le terme de feux on entendoit chaque ménage ou famille ; dans la suite un feu comprenoit une certaine étendue de pays, & pouvoit comprendre plusieurs ménages. La diminution de feux s’accordoit aux pays dont la fertilité ou le commerce étoient diminués, ou lorsque le pays se trouvoit ruiné par la guerre ou par quelqu’autre accident. Lorsqu’une ville ou autre lieu demandoit une diminution de feux, on faisoit une information sur les lieux, qui étoit envoyée à la chambre des comptes, & en conséquence de laquelle on expédioit des lettres royaux portant diminution de feux : mais avant l’expédition de ces lettres il falloit payer un florin d’or pour chaque lieu, suivant l’ancien nombre des feux : ce droit étoit reçu par le payeur des bâtimens, & devoit être employé aux bâtimens. Il y a beaucoup de ces lettres portant diminution de feux, accordées à diverses villes & autres lieux du Languedoc, où l’imposition par feux avoit principalement lieu : elles sont rapportées dans le recueil des ordonnances de la troisieme race, tom. IV. & V. Voyez Feux & Réparation de feux. (A)

Diminution, en Musique, vieux mot qui signifioit la division d’une note longue, comme une ronde ou une blanche, en plusieurs autres notes de moindre valeur. On entendoit encore par ce mot, tout ce qu’on a depuis appellé roulement ou roulade, c’est-à-dire plusieurs notes passées sur une même syllabe. (S)

Diminutions, dans le Blason, est un terme dont se servent les auteurs qui ont écrit en latin, pour signifier ce que les Anglois appellent différence, & les François brisures. Voyez Différence. (V)