L’Encyclopédie/1re édition/DISCRET

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  DISCREDIT

DISCRET, s. m. (Hist. ecclés.) épithete en usage dans plusieurs maisons religieuses, tant d’hommes que de femmes, telles que celles des Augustins, Capucins, Recolets, & c. On dit un pere discret, une mere discrete. Une mere discrete est une ancienne qui sert de conseil & d’assistante à la supérieure. Un pere discret est un député d’un couvent au chapitre provincial ; les prérogatives & la durée des peres discrets varient suivant les maisons.

Discrete, adj. (Géom. & Phys.) la proposition discrete ou disjointe est celle où le rapport de deux nombres ou quantités est le même que celui de deux autres quantités, quoiqu’il n’y ait pas le même rapport entre les quatre nombres. Voyez Raison & Proportion.

Ainsi, supposant la proportion des nombres 6, 8 ∷ 3, 4. le rapport des deux premiers 6, 8, est le même que le rapport des deux derniers 3, 4 ; par conséquent ces nombres sont proportionels ; mais ils ne le sont que d’une maniere discrete ou disjointe ; car 6 n’est pas à 8, comme 8 est à 3 ; c’est-à-dire que la proportion est interrompue entre 8 & 3, & n’est pas continuée pendant tout son cours, comme dans les proportions suivantes, où les termes sont continuement proportionels, 3, 6 ∷ 6, 12 ∷ 12, 24, ou 3, 6, 12, 24, & c.

La quantité discrete est celle dont les parties ne sont point continues ou jointes ensemble. Voyez Quantité. Tel est un nombre, dont les parties étant des unités distinctes, ne peuvent former un seul continu : car selon quelques-uns, il n’y a point dans le continu de parties actuellement déterminées avant la division : elles sont infinies en puissance ; c’est pourquoi l’on a coûtume de dire que la quantité continue est divisible à l’infini. V. Continu, Quantité, & Divisibilité. (E)