L’Encyclopédie/1re édition/ENCRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

ENCRE à écrire, s. f. (Arts.) en latin atramentum scriptorium, liqueur noire composée d’ordinaire de vitriol romain & de noix de galle concassées, le tout macéré, infusé, & cuit dans suffisante quantité d’eau, avec un peu d’alun de roche ou de gomme arabique, pour donner à la liqueur plus de consistance.

Entre tant de recettes d’encre à écrire, nous nous contenterons d’indiquer celles de MM. Lémery & Geoffroy ; le lecteur choisira, ou même les perfectionnera.

Prenez, dit M. Lémery, eau de pluie, six livres ; noix de galle concassées, seize onces. Faites-les bouillir à petit feu dans cette eau jusqu’à réduction des deux tiers, ce qui formera une forte décoction jaunâtre, dans laquelle les noix de galle ne surnageront plus ; jettez-y gomme arabique pulvérisée, deux onces, que vous aurez fait dissoudre auparavant dans du vinaigre en quantité suffisante. Mettez ensuite dans la décoction, couperose ou vitriol romain, huit onces ; donnez encore a votre décoction, devenue noire, quelques legers bouillons ; laissez-la reposer. Enfin versez-la doucement & par inclination dans un autre vaisseau pour votre usage.

Prenez, dit M. Geoffroy, eau de riviere, quatre livres ; vin blanc, deux livres ; noix de galle d’Alep pilées, six onces. Macérez pendant vingt-quatre heures, en remuant de tems en tems votre infusion. Faites-la bouillir ensuite pendant une demi-heure, en l’écumant avec un petit bâton fourchu, élargi par le bas ; retirez le vaisseau du feu. Ajoûtez à votre décoction, gomme arabique, deux onces ; vitriol romain, huit onces ; alun de roche, trois onces. Digérez de nouveau pendant vingt-quatre heures ; donnez-y maintenant quelques bouillons : enfin passez la décoction refroidie au travers d’un linge.

On fait même de l’encre sur le champ, ou du moins une liqueur noire, par le mêlange du vitriol verd avec la teinture de noix de galle. Cette couleur noire vient de la prompte revivification du fer contenu dans ce vitriol ; & cela est si vrai, que la noix de galle sans vitriol, mais seulement jointe avec de la limaille de fer, donne une pareille teinture, dès qu’elle a eu le tems de diviser ce fer qui est en limaille. Ainsi le vitriol dont on fait l’encre, est du fer dissous par un acide avec lequel il est intimement mêlé ; la noix de galle est un alkali qui s’unit avec les acides, & leur fait lâcher le fer qui reparoît dans sa noirceur naturelle. Voilà la méchanique de l’encre ; aussi des quatre especes de vitriol, celui qu’on appelle vitriol de Chypre ou de Hongrie, est le seul qui ne fasse point d’encre, parce que c’est le seul dont la base soit de cuivre, au lieu que dans les autres c’est du fer.

Si, après que l’encre est faite, on y jette quelques gouttes d’esprit de vitriol, la couleur noire disparoît, parce que le fer se réunit au nouvel acide, & redevient vitriol ; par la même raison les acides effacent les taches d’encre. C’est avec les végétaux tels que le sumac, les roses, les glands, &c. que se fait l’encre commune. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Encre noire à l’usage de l’Imprimerie. Celle dont on se sert pour l’impression des livres, est un mélange d’huile & de noir ; on convertit cette huile en vernis par la cuisson : le noir se tire de la poix-résine ; on retient artistement toutes les parties qu’exhale la fumée de cette sorte de poix quand on vient à la brûler dans une bâtisse faite exprès, nommée dans la profession sac à noir : on le décrira dans la suite de cet article.

Le vaisseau dans lequel l’on veut faire le vernis d’Imprimerie, peut être de fer, de fonte ou de cuivre ; de ce dernier métal il est fait assez ordinairement en forme de poire, & on le nomme ainsi : les autres sont tout simplement de la figure & forme d’une chaudiere ordinaire. De quelque matiere que soit le vaisseau, & quelque forme qu’on lui suppose, il doit avoir un couvercle de cuivre, avec lequel on puisse à volonté le boucher très-exactement. Le corps de ce vaisseau doit être armé vers le milieu de deux anneaux de fer, un peu plus hauts que le niveau du couvercle qui a aussi le sien : ces anneaux servent à passer un ou deux batons, au moyen desquels un homme à chaque bout peut sans risquer, porter & transporter ce vaisseau, lorsqu’on veut le retirer de dessus le feu, ou l’y remettre.

Pour se précautionner contre tous les accidens qui peuvent arriver, il est de la prudence, pour faire ce vernis, de choisir un lieu spacieux, tel qu’un jardin, & même d’éviter le voisinage d’un bâtiment.

Si, comme je le suppose, on veut faire cent livres de vernis, réduction faite ; mettez dans votre poire ou chaudiere cent dix à cent douze livres d’huile de noix ; observez que cette quantité, ou que celle que peut contenir votre vaisseau, ne le remplisse qu’au deux tiers au plus, afin de donner de l’aisance à l’huile, qui s’éleve à mesure qu’elle s’échauffe.

Votre vaisseau en cet état, bouchez-le très-exactement, & le portez sur un feu clair que vous entretiendrez l’espace de deux heures. Ce premier tems donné à la cuisson, si l’huile est enflammée, comme cela doit arriver, en ôtant votre poire de dessus le feu, chargez le couvercle de plusieurs morceaux de vieux linge ou étoffes imbibées d’eau. Laissez brûler quelque tems votre huile, à laquelle il faut procurer ce degré de chaleur, quand elle ne le prend pas par elle-même, mais avec ménagement & à différentes fois. Ce feu ralenti, découvrez votre vaisseau avec précaution, & remuez beaucoup votre huile avec la cuillere de fer : ce remuage ne peut être trop répété, c’est de lui d’où dépend en très grande partie la bonne cuisson. Ces choses faites, remettez votre vaisseau sur un feu moins vif ; & dès l’instant que votre huile reprendra chaleur, jettez dans cette quantité d’huile une livre pesant de croutes de pain seches & une douzaine d’oignons, ces choses accélerent le dégraissement de l’huile ; puis recouvrez votre vaisseau, & le laissez bouillir à très-petit feu trois heures consécutives ou environ : dans cet espace de tems votre huile doit parvenir à un degré parfait de cuisson. Pour le connoître & vous en assûrer, vous trempez la cueillere de fer dans votre huile, & vous faites égoutter la quantité que vous avez puisée sur une ardoise ou une tuile : si cette huile refroidie est gluante, & file à peu-près comme feroit une foible glue, c’est une preuve évidente qu’elle est à son point, & dès-lors elle change son nom d’huile en celui de vernis.

Le vernis ainsi fait, doit être transvasé dans des vaisseaux destinés à le conserver ; mais avant qu’il perde sa chaleur, il faut le passer à plusieurs reprises dans un linge de bonne qualité, ou dans une chausse faite exprès, afin qu’il soit net au point d’être parfaitement clarifié.

L’on doit avoir de deux sortes de vernis : l’un foible, pour le tems froid ; l’autre plus fort, pour le tems chaud. Cette précaution est d’autant plus indispensable, que souvent on se trouve obligé de modifier ou d’accroître la qualité de l’un par celle de l’autre.

On peut faire le vernis foible au même feu que le vernis fort, mais dans un vaisseau séparé : on peut aussi employer, & c’est mon avis, pour ce vernis l’huile de lin, parce qu’à la cuisson elle prend une couleur moins brune & moins chargée que celle de noix, ce qui la rend plus propre à l’encre rouge dont nous allons parler.

Le vernis foible, pour sa perfection, exige les mêmes soins & précautions que le vernis plus fait : toute la différence consiste à ne lui donner qu’un moindre degré de feu, mais ménagé de telle sorte néanmoins, qu’en lui faisant acquérir proportionnellement les bonnes qualités du vernis fort, il soit moins cuit, moins épais, & moins gluant que le fort.

Si l’on veut faire ce demi-vernis de la même huile de noix dont on se sert pour le vernis fort, ce qui n’est qu’un petit inconvénient, lorsqu’il s’agit de l’employer pour faire l’encre rouge, ou s’épargner la peine de le faire séparément & de différente huile ; il est tout simple de saisir l’occasion de la premiere cuisson de l’autre à l’instant qu’on lui reconnoîtra les qualités requises, & d’en tirer la quantité desirée, & même de celle qui est sur le feu.

Les huiles de lin & de noix sont les seules propres à faire le bon vernis d’Imprimerie ; celle de noix mérite la préférence à tous égards : quant aux autres sortes, elles ne valent rien, parce qu’on ne peut les dégraisser parfaitement, & qu’elles font maculer l’impression en quelque tems qu’on la batte, ou qu’elle jaunit à mesure qu’elle vieillit.

Cependant dans quelques imprimeries on use de celles de navette & de chanvre, mais c’est pour imprimer des livres de la bibliotheque bleue : ce ménage est de si peu de conséquence, que l’on peut assûrer que c’est employer de propos délibéré de mauvaise marchandise.

Il y a des imprimeurs qui croyent qu’il est nécessaire de mettre de la terebenthine dans l’huile pour la rendre plus force, & afin qu’elle seche plûtôt. Elle fait ces effets, mais il en résulte nombre d’inconvéniens. La premiere difficulté est de la faire cuire si précisément, qu’elle n’épaississe pas trop le vernis, ce qu’il est très-rare d’éviter ; alors le vernis est si fort & si épais, qu’il effleure le papier sur la forme & la remplit en fort peu de tems : si la terebenthine est cuite à son point, elle forme une pâte assez liquide, mais remplie de petits grains durs & comme de sable qui ne se broyent jamais.

La terebenthine, ainsi que la litharge, dont quelques-uns usent, & font un secret précieux, ont encore le défaut de s’attacher si fort au caractere, qu’il est presque impossible de bien laver les formes, quelque chaude que soit la lessive ; d’ailleurs elles sechent & durcissent si promptement, qu’outre qu’elles nuisent à la distribution des lettres, tant elles sont collées les unes contre les autres, elles en remplissent encore l’œil au point qu’il n’y a plus d’espérance de le vuider, ce qui met un caractere qui a peu servi, dans l’état fâcheux d’être remis à la fonte.

Dans le cas où par défaut de précaution l’on employeroit pour faire du vernis, de l’huile très-nouvellement faite, la terebenthine est d’un usage forcé, parce qu’alors il est inévitable que l’impression ne macule pas ; dans cette conjoncture on peut mettre la dixieme partie de terebenthine que l’on fera cuire séparément, dans le même tems, en lieu pareil que le vernis & avec les mêmes précautions. On la fera bouillir deux heures environ : pour reconnoître son degré de cuisson, on y trempe un morceau de papier ; & s’il se brise net comme la poussiere, sans qu’il reste rien d’attaché dessus ce papier en le frotant si-tôt qu’il sera sec, la terebenthine est assez cuite. Votre vernis hors de dessus le feu, vous versez dans le même vaisseau cette terebenthine en remuant beaucoup avec votre cuillere de fer, ensuite on remet le tout sur le feu l’espace d’une demi-heure au plus sans cesser de remuer, afin que le vernis se mêlange avec la terebenthine. Le moyen de se dispenser de l’usage de la terebenthine & de la litharge, & de se garentir des inconvéniens qu’elles produisent, c’est de n’employer que de l’huile très vieille.

Le sac à noir est construit de quatre petits soliveaux de trois ou quatre pouces d’équarrissage & de sept à huit piés de hauteur, soûtenus de chaque côté par deux traverses ; ses dimensions en tout sens dépendent de la volonté de celui qui le fait construire ; le dessus est un plancher bien joint & bien fermé ; le fond ou rez-de-chaussée, pour plus grande sûreté & propreté, doit être ou pavé ou carrelé : vous reservez à cette espece de petite chambre une porte basse pour entrer & sortir ; vous tapissez tout le dedans de cette chambre d’une toile bonne, neuve, & serrée, le plus tendue qu’il est possible avec des clous mis à distance de deux pouces les uns des autres : cela fait, vous colez sur toute votre toile du papier très-fort, & vous avez attention de calfeutrer les jours que vous appercevrez, afin que la fumée ne puisse sortir d’aucun endroit. Un sac à noir ainsi tapissé est suffisant, mais il est de plus de durée & bouche beaucoup plus exactement garni avec des peaux de mouton bien tendues.

C’est dans ce sac que se brûle la poix résine dont on veut tirer le noir de fumée : pour y parvenir, on prépare une quantité de poix-résine, en la faisant bouillir & fondre dans un ou plusieurs pots, suivant la quantité ; avant qu’elle soit refroidie, on y pique plusieurs cornets de papier ou des meches soufrées, on pose les pots avec ordre au milieu du sac, enfin on met le feu à ces meches, & on ferme exactement la petite porte en se retirant.

La poix-résine consommée, la fumée sera attachée à toutes les parties intérieures du sac à noir ; & quand ce sac sera refroidi, vous irez couvrir les pots & refermer la porte ; puis frappant avec des baguettes sur toutes les faces extérieures, vous ferez tomber tout le noir de fumée, alors vous le ramassez & vous le mettez dans un vaisseau de terre ou autre. Comme il arrive qu’en le ramassant avec un balai il s’y mêle quelque ordure, vous avez la précaution de mettre au fond du vaisseau une quantité d’eau ; & quand elles sont précipitées, vous relevez votre noir avec une écumoire, ou au moyen de quelque autre précaution, pour le mettre dans un vaisseau propre à le conserver. Ce noir de fumée est sans contredit le meilleur que l’on puisse employer pour l’encre d’imprimerie, il en entre deux onces & demie sur chaque livre de vernis ; je suppose la livre de seize onces : cependant c’est à l’œil à déterminer par la teinte de l’encre la quantité de noir.

Pour bien mêler le noir de fumée avec le vernis, il suffit d’être très-attentif en les mêlant ensemble, de les mêler à différentes reprises, & de les remuer à chaque fois beaucoup, & de façon que le tout forme une bouillie épaisse, qui produise une grande quantité de fils quand on la divise par parties.

Il est d’usage dans quelques Imprimeries de ne mêler le noir de fumée dans le vernis que sur l’encrier ; le coup-d’œil décide également de la quantité des deux choses. Je ne vois à la composition de cette encre aucun inconvénient, si ce n’est celui de craindre que l’on ne broye pas assez ce mélange, parce que cela demande du tems ; ou que l’encre ainsi faite par différentes mains, ne soit pas d’une teinte égale dans la même Imprimerie : d’où j’infere qu’il vaut mieux avoir son encre également préparée, sans se fier trop aux compagnons.

Encre rouge : on se sert de cette encre assez fréquemment, & presque indispensablement dans l’impression des breviaires, diurnaux, & autres livres d’église ; quelquefois pour les affiches des livres, & par élégance aux premieres pages.

Pour l’encre rouge, le vernis moyen est le meilleur que l’on puisse employer ; il doit être fait d’huile de lin en force & nouvelle, parce qu’elle ne noircit pas en cuisant comme celle de noix, & que ce vernis ne peut être trop clair. On supplée au noir de fumée le cinnabre ou vermillon bien sec & broyé le plus fin qu’il est possible. Vous mettez dans un encrier reservé à ce seul usage, une petite quantité de ce vernis, sur lequel vous jettez partie de vermillon ; vous remuez & écrasez le tout avec le broyon ; vous relevez avec la palette de l’encrier cette premiere partie d’encre au fond de l’encrier ; vous répétez cette manœuvre à plusieurs reprises, jusqu’à ce que vous ayez employé par supposition une livre de vernis & une demi-livre de vermillon. Plusieurs personnes mêlent dans cette premiere composition, trois ou quatre cuillerées ordinaires d’esprit-de-vin ou d’eau-de-vie, dans laquelle on a fait dissoudre vingt-quatre heures avant, un morceau de colle de poisson de la grosseur d’une noix. J’ai reconnu par expérience que ce mélange ne remplissant pas toutes les vûes que l’on se proposoit, il étoit plus certain d’ajoûter pour la quantité donnée d’encre rouge, un gros & demi de carmin le plus beau ; il rectifie la couleur du vermillon, qui souvent n’est pas aussi parfaite qu’on la souhaiteroit ; il ajoûte à son éclat, & l’empêche de ternir : cela est plus dispendieux, je l’avoue, mais plus satisfaisant. Quand donc vous aurez ajoûté ces choses, vous recommencerez de broyer votre encre de façon qu’elle ne soit ni trop forte, ni trop foible, l’encre rouge forte étant très-sujette à empâter l’œil de la lettre. Si vous ne consommez pas, comme cela arrive, tout ce que vous avez fait d’encre rouge ; pour la conserver, relevez votre encrier par le bord, & remplissez-le d’eau que vous entretiendrez, afin que le vermillon ne seche pas & ne se mette pas en petites écailles sur la surface du vernis, dont il se sépare par l’effet du hâle & de la sécheresse.

Quoiqu’on n’employe ordinairement que les deux sortes d’encre dont nous venons de parler, on peut probablement en faire de différentes couleurs, en substituant au noir de fumée & au vermillon les ingrédiens nécessaires, & qui produisent les différentes couleurs. On pourroit, par exemple, faire de l’encre verte avec le verd-de-gris calciné & préparé ; de la bleue, avec du bleu de Prusse aussi préparé ; de la jaune, avec de l’orpin ; de la violette, avec de la laque fine calcinée & préparée, en broyant bien ces couleurs avec du vernis pareil à celui de notre encre rouge. La préparation du verd-de-gris, du bleu de Prusse, & de la laque fine, consiste à y mêler du blanc de céruse pour les rendre plus claires ; sans cela ces couleurs rendroient l’encre trop foncée. Cet article est de M. Le Breton.

Encre de la Chine, est une composition en pain ou en bâton, qui délayée avec de l’eau ou de la gomme arabique, & quelquefois un peu de bistre ou de sanguine, sert à tracer & laver les desseins.

Elle se prépare avec du sain-doux. Mettez en deux livres dans une terrine ; placez au milieu une meche allumée ; couvrez le tout d’un plat vernissé, ne laissant que le moins d’ouverture qu’il sera possible entre la terrine & le plat. Lorsque vous aurez laissé brûler votre meche pendant un certain tems, ramassez le noir de fumée qui se sera formé au plat ; calcinez-le, ou le dégraissez.