L’Encyclopédie/1re édition/ENERVER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  ENERVATION
ENFAITER  ►

ENERVER, v. act. (Man. Maréchall.) opération pratiquée dans l’intention de diminuer le volume de l’extrémité inférieure de la tête du cheval, & dans le dessein de remédier à l’imperfection de ses yeux.

Il n’est question que de le priver à cet effet d’une partie que la nature ne lui a pas sans doute accordée en vain, mais que les Maréchaux extirpent malgré l’utilité dont elle peut lui être.

Cette partie n’est autre chose que les muscles releveurs de la levre antérieure. Leur attache fixe est au-dessous de l’orbite, dans l’endroit où se joignent l’os angulaire, l’os maxillaire, & l’os zigomatique. De-là ils descendent le long des naseaux. & dès la partie moyenne ils se changent chacun en un tendon qui à son extrémité s’unit avec celui du côté opposé, en formant une espece d’aponévrose qui se termine dans le milieu de la levre. Ils different de tous les autres muscles destinés à mouvoir ces portions de la bouche. en ce qu’ils composent un corps rond qui n’est point cutané, & qui n’a aucune adhérence à la peau.

Quoi qu’il en soit, on ouvre les tégumens dès l’origine de chaque tendon, on les soûleve ensuite avec la corne de chamois ; après quoi on les insere l’un & l’autre dans un morceau de bois fendu, ou dans un instrument de fer imaginé pour cet usage. On pratique de plus d’autres ouvertures un peu au-dessus de leur réunion : là on incise ; & en tournant les deux bâtons, ou l’instrument dans lequel ils sont pris & arrêtés, on attire en-dehors la portion coupée, & on les coupe de même dans le haut. Quelques maréchaux font d’abord leur incision en-haut, & les retirent par les ouvertures inférieures.

Je tenterois vainement de vanter ici l’étendue du génie & des lumieres de ceux qui ont eu la premiere idée de cette opération ; & je crois que le détail que j’en ai fait prouveroit plûtôt au contraire que l’ignorance seule ose tout, & que les chevaux ne doivent point être compris dans la cathégorie des animaux, qu’un homme d’esprit de ce siecle félicitoit de n’avoir point de medecin. (e)