L’Encyclopédie/1re édition/EUPHONIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
EUPHORBE  ►

EUPHONIE, s. f. terme de Grammaire, prononciation facile. Ce mot est grec, εὐφωνία, R R. εὖ, bene, & φωνή, vox ; ainsi euphonie vaut autant que voix bonne, c’est-à-dire prononciation facile, agréable. Cette facilité de prononciation dont il s’agit ici, vient de la facilité du méchanisme des organes de la parole. Par exemple, on auroit de la peine à prononcer ma ame, ma épée ; on prononce plus aisément mon ame, mon épée. De même on dit par euphonie, mon amie, & même m’amie, au lieu de ma amie.

C’est par la raison de cette facilité dans la prononciation, que pour éviter la peine que cause l’hiatus ou bâillement toutes les fois qu’un mot finit par une voyelle, & que celui qui suit commence par une voyelle, on insere entre ces deux voyelles certaines consonnes qui mettent plus de liaison, & par conséquent plus de facilité dans le jeu des organes de la parole. Ces consonnes sont appellées lettres euphoniques, parce que tout leur service ne consiste qu’à faciliter la prononciation. Ces mots prosum, profui, profueram, &c. sont composés de la préposition pro & du verbe sum ; mais si le verbe vient à commencer par une voyelle, on insere une lettre euphonique entre la préposition & le verbe ; le d est alors cette lettre euphonique, pro-d-est, pro-d-eram, pro-d-ero, &c. Ce service des lettres euphoniques est en usage dans toutes les langues, parce qu’il est une suite naturelle du méchanisme des organes de la parole.

C’est par la même cause que l’on dit m’aime-t-il ? dira-t-on ? Le t est la lettre euphonique ; il doit être entre deux divisions, & non entre une division & une apostrophe, parce qu’il n’y a point de lettre mangée : mais il faût écrire va-t’en, parce que le t est-là le singulier de vous. On dit va-t’en, comme on dit allez-vous en, allons-nous en. V. Apostrophe.

On est un abregé de homme ; ainsi comme on dit l’homme, on dit aussi l’on, si l’on veut : l interrompt le bâillement que causeroit la rencontre de deux voyelles, i, o, si on, &c.

S’il y a des occasions où il semble que l’euphonie fasse aller contre l’analogie grammaticale, on doit se souvenir de cette réflexion de Cicéron, que l’usage nous autorise à préférer l’euphonie à l’exactitude rigoureuse des regles : impetratum est à consuetudine, ut peccare suavitatis causâ liceret. Cic. Orat. c. xcvij. (F)