L’Encyclopédie/1re édition/FASCINES

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
FASCINUS  ►

FASCINES, s. f. (Art militaire.) ce sont dans la guerre des siéges, des especes de fagots faits de menus branchages, dont on se sert pour former des tranchées & des logemens, & pour le comblement du fossé. Voyez la Pl. XIII. de Fortification.

Les fascines ont environ six piés de longueur, & huit pouces de diametre, c’est-à-dire environ 24 pouces de circonférence ; elles ont deux liens placés à-peu-près à un pié de distance des extrémités.

Trois ou quatre jours avant l’ouverture de la tranchée, lorsque les troupes ont achevé de camper & de se munir de fourrage, on commande à chaque bataillon & à chaque escadron de l’armée, de faire un certain nombre de fascines, qui est ordinairement de deux ou trois mille par bataillon, & de douze ou quinze cents par escadron.

Les fascines sont des ouvrages de corvée, c’est-à-dire qui ne sont point payés aux troupes. Tous les corps de l’armée en font des amas à la tête de leur camp, & ils y posent des sentinelles, pour veiller à ce qu’elles ne soient point enlevées.

On fait usage des fascines en les couchant horisontalement selon leur longueur ; c’est pourquoi on ne dit point planter des fascines, mais poser des fascines, ou jetter des fascines, parce qu’on les jette dans les fossés pour les combler.

On employe encore des fascines dans la construction des batteries & la réparation des breches après un siége : mais ces fascines sont beaucoup plus longues que les autres, ayant depuis dix piés jusqu’à douze. Voyez Saucissons, Batteries & Epaulement. (Q)

Fascine goudronnée, est une fascine trempée dans de la poix, ou du goudron. On s’en sert dans la guerre des siéges, pour brûler les logemens & les autres ouvrages de l’ennemi. (Q)

Fascine, (Jard.) Voyez Clayonage.