L’Encyclopédie/1re édition/FESSIER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  FESSES
FESTAGE  ►

FESSIER, s. m. (Anatom.) nom de trois muscles considérables, extenseurs de la cuisse, & qui ont encore d’autres usages.

Le grand fessier s’attache au coccyx, aux apophyses épineuses de l’os sacrum, à la face externe de l’os des iles. Il adhere très-fortement à la gaîne tendineuse, qui le recouvre extérieurement, & à deux ligamens, qui partant de l’os sacrum, se rendent, l’un à la crête des iles, & l’autre à l’ischium. Le tendon de ce muscle se fléchit vers le dos du grand trochanter, sur lequel est fixé en partie au-dessous de l’extrémité du moyen fessier, un bourrelet délié qui facilite le jeu de ce tendon sur le grand trochanter. On observe de semblables bourrelets dans les insertions du moyen & du petit fessier. Le tendon du grand fessier se termine dans une ou deux fosses inégales qu’on voit à la partie supérieure de la ligne âpre. Ce muscle éleve le fémur postérieurement vers l’épine du dos, & tourne en même tems un peu en-arriere sa partie extérieure. Lorsqu’un fémur est fléchi en-avant, il l’écarte aussi de l’autre.

Le moyen fessier vient de toute la largeur de la face externe de l’os des iles, & d’une aponévrose dont il est extérieurement enveloppé : il se retrécit ensuite, jusqu’à ce qu’il n’ait plus qu’une largeur égale à la hauteur du grand trochanter, auquel il s’attache obliquement depuis sa racine jusqu’à son extrémité la plus élevée. Ce muscle éloigne un fémur de l’autre : le fémur étant porté en haut & en-avant, il le tourne de maniere qu’il dirige un peu vers le fémur la partie qui est alors supérieure.

Le petit fessier occupe la face externe de l’os des iles : d’abord assez délié, il est grossi ensuite par des fibres qui viennent de l’os ; il commence à devenir tendineux vers le milieu de sa partie extérieure. Ce muscle finit vers la partie antérieure du grand trochanter, qui s’étend le long de son côté externe, depuis sa racine jusqu’au haut ; il s’attache, avant que de finir, à la capsule de l’articulation de la cuisse ; il meut la cuisse, de même que le moyen fessier.

On appelle aussi arteres & veines fessieres, les branches des hypogastriques qui se distribuent dans les fesses. (g)