L’Encyclopédie/1re édition/FOIN

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  FOIER
FOIRE  ►

FOIN, s. m. (Jardinage.) ce terme exprime toute l’herbe qui couvre une prairie. On dit, une piece de foin, un arpent de soin : mais à proprement parler, on entend par le mot de foin, l’herbe seche qui sert de nourriture aux bestiaux. (K)

Foin, (Manége. Maréchall.) aliment ordinaire du cheval : la quantité en est nuisible à l’animal, principalement aux vieux chevaux, qu’elle conduit à la pousse. On doit faire une attention exacte à la qualité du foin ; elle varie selon la situation & la nature du terrein & des prés où on l’a cueilli. Le foin vasé, le foin nouveau, le foin trop gros, le foin pourri, &c. ne peut être que pernicieux au cheval. Voyez Fourrage. (e)

Foins, (Chasse.) La conservation d’une certaine espece de gibier, a occasionné sur la fenaison un réglement qui n’a rien d’injuste, si l’on dédommage les particuliers toutes les fois qu’il leur est nuisible. Il est défendu à toutes personnes ayant iles, prés, & bourgognes sans clôture dans l’étendue des capitaineries de Saint-Germain-en-Laye. Fontainebleau, Vincennes, Livry, Compiegne, Chambort, & Varenne du Louvre, de les faire faucher avant le jour de Saint-Jean-Baptiste, à peine de confiscation & d’amende arbitraire.