L’Encyclopédie/1re édition/GANACHE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  GAMUTO
GANCHE  ►

GANACHE, s. f. (Maréchallerie.) On appelle en général de ce nom l’os qui compose la mâchoire postérieure. Cet os est partagé en deux branches dans le poulain. Dans le cheval elles sont tellement unies, qu’il ne reste qu’une legere trace de leur jonction ; trace que l’on observe à la partie inférieure, & qui forme la symphise du menton. L’espace qu’elles laissent entr’elles contient intérieurement un canal dans lequel la langue est logée, & extérieurement un autre canal nommé proprement l’auge.

Celui-ci doit être tel, qu’il puisse admettre & recevoir une portion de l’encolure, dans le moment où l’animal est déterminé à se placer. S’il n’est point assez évidé, si supérieurement les deux branches sont trop rapprochées, si elles ont trop de volume & trop de rondeur aux angles de la mâchoire, ce qui rend d’ailleurs la ganache quarrée, & la tête difforme & pesante ; il est fort à craindre que l’animal ne se ramene point & porte constamment au vent.

Il importe donc d’examiner attentivement la conformation de cette partie, lorsque l’on achete un cheval, & de rechercher encore dans le canal extérieur, si les glandes maxillaires & sublinguales ne sont point sensibles au tact, c’est-à-dire si elles sont non-appercevables & dans leur état naturel. Lorsqu’elles se manifestent aux doigts, elles sont gorgées d’une lymphe épaissie ; & selon qu’elles sont plus ou moins dures, plus ou moins grosses, plus ou moins adhérentes ou mobiles, & que le cheval est plus ou moins âgé, elles présagent des maladies plus ou moins dangereuses & plus ou moins funestes. (e)