L’Encyclopédie/1re édition/GNOSSE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
GNOSTIQUES  ►

GNOSSE, Gnossus, Cnossus, (Géog. anc.) ville de Crete célebre dans l’antiquité ; elle fut jadis la capitale du royaume de Minos, & le propre lieu de sa résidence, quand Crete avoit le bonheur de vivre sous son empire. Gnosse étoit entre Gortyne & Lycétus, sur la petite riviere de Ginosse, appellée par les anciens Ceratus, dont Strabon dit qu’elle prit d’abord le nom. La table de Peutinger met Gnosos à xxiii. m. P. de Gertyne vers l’orient.

Quelques uns cherchent aujourd’hui Gnosse à Castel-Pédiada ; & d’autres, avec plus de vraissemblance, à Ginosa : ce sont au reste deux petits villages de l’île de Candie, assez voisins ; mais ils n’ont plus l’un ou l’autre d’Epiménide ; ce célebre poëte philosophe, natif de Gnosse, & que Platon appelle un homme divin, ne se réveillera plus ; s’il n’avoit pas commerce avec les dieux, du-moins sa sagesse porta le peuple à se le persuader. Les Athéniens affligés de la peste, lui envoyerent des députés pour le prier de venir les soulager ; il se transporta chez eux, expia la ville avec des eaux lustrales, lia une étroite amitié avec Solon, instruisit ce législateur des moyens les plus propres à bien gouverner, & retourna dans sa patrie, après avoir refusé les présens d’Athenes. (D. J.)