L’Encyclopédie/1re édition/HIPPOLITE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 216).
◄  HIPPODROME

HIPPOLITE, s. f. (Hist. nat. Litholog.) quelques auteurs se servent de ce nom pour désigner le bézoar ou la pierre qui se forme dans la vésicule du fiel, dans l’estomac & dans les intestins de quelques chevaux, & qui se trouvent quelquefois dans le crottin. Voyez Valentini historia simplicium reformata, pag. 303. M. Lémery dit qu’il s’est trouvé dans la vessie d’une cavale une pierre de cette espece de la grosseur d’un melon ordinaire, mais plus arrondie, fort pesante, inégale, & raboteuse à sa surface, & couverte d’une croûte lisse & luisante d’un brun rouge. Après avoir été séchée au soleil, elle pesoit 24 onces. Voyez Lémery, diction. des drogues. Dans le journal des savans de 1666, il est parlé d’une pierre tirée du corps d’un cheval d’Espagne, qui pesoit quatre livres quatre onces & demie, ibid. Ces sortes de pierres sont chargées d’huile & de beaucoup d’alkali volatil ; on les regarde comme sudorifiques, propres à tuer tous les vers, & à résister au venin. Voyez Bézoard. (—)

Hippolyte Ste. ou St. Plit, (Géog.) petite ville de France en Lorraine, sur les confins de l’Alsace, au pié du mont de Voge. La France qui l’avoit eu par le traité de Westphalie, la céda au duc de Lorraine par le traité de Paris en 1718. Elle est à deux lieues de Schelestadt. Long. 25. 6. lat. 48. 16. (D. J.)