L’Encyclopédie/1re édition/IMITATIVE, Phrase

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 569).
◄  IMITATION
IMMACULÉ  ►

IMITATIVE, Phrase, (Gram. & Poésie). J’appelle phrase imitative avec M. l’abbé du Bos (qui me fournira cet article de Grammaire philosophique) toute phrase qui imite en quelque maniere le bruit inarticulé dont nous nous servons par instinct naturel, pour donner l’idée de la chose que la phrase exprime avec des mots articulés.

L’homme qui manque de mots pour exprimer quelque bruit extraordinaire, ou pour rendre à son gré le sentiment dont il est touché, a recours naturellement à l’expédient de contrefaire ce même bruit, & de marquer ses sentimens par des sons inarticulés. Nous sommes portés par un mouvement naturel à dépeindre par des sons inarticulés le fracas qu’une maison aura fait en tombant, le bruit confus d’une assemblée tumultueuse, & plusieurs autres choses. L’instinct nous porte à suppléer par ces sons inarticulés, à la stérilité de notre langue, ou bien à la lenteur de notre imagination.

Mais les Ecrivains latins, particulierement leurs poëtes qui n’ont pas été gênés comme les nôtres, & dont la langue est infiniment plus riche, sont remplis de phrases imitatives qui ont été admirées & citées avec éloge par les Ecrivains du bon tems. Elles ont été louées par les Romains du siecle d’Auguste qui étoient juges compétens de ces beautés.

Tel est le vers de Virgile qui dépeint Poliphème.

Monstrum horrendum, informe, ingens, cui lumen ademptum.

Ce vers prononcé en supprimant les syllabes qui font élision, & en faisant sonner l’u comme les Romains le faisoient sonner, devient si l’on peut s’exprimer ainsi, un vers monstrueux. Tel est encore le vers où Perse parle d’un homme qui nazille, & qu’on ne sauroit aussi prononcer qu’en nazillant.

Rancidulum quiddam balbâ de nare locutus.

Le changement arrivé dans la prononciation du latin, nous a voilé, suivant les apparences, une partie de ces beautés, mais il ne nous les a point toutes cachées.

Nos poëtes qui ont voulu enrichir leurs vers de ces phrases imitatives, n’ont pas réussi au goût des François, comme ces poëtes latins réussissoient au goût des Romains. Nous rions du vers où du Bartas dit en décrivant un coursier, le champ plat, bat, abbat. Nous ne traitons pas plus sérieusement les vers où Ronsard décrit en phrase imitative le vol de l’aloüette.

Elle guindée du zéphire,
Sublime en l’air, vire & revire,
Et y décligne un joli cri,
Qui rit, guérit, & tire l’ire
Des esprits mieux que je n’écris.

Pasquier rapporte plusieurs autres phrases imitatives des poëtes françois, dans le chap. x. liv. VIII. de ses recherches, où il veut prouver que notre langue n’est pas moins capable que la latine de beaux traits poétiques ; mais les exemples que Pasquier rapporte, réfutent seuls sa proposition.

En effet, parce qu’on aura introduit quelques phrases imitatives dans des vers, il ne s’ensuit pas que ces vers soient bons. Il faut que ces phrases imitatives y ayent été introduites, sans préjudicier au sens & à la construction grammaticale. Or on citeroit bien peu de morceaux de poésie françoise, qui soient de cette espece, & qu’on puisse opposer en quelque façon à tant d’autres vers, que les latins de tous les tems ont loué dans les ouvrages des poëtes qui avoient écrit en langue vulgaire. M. l’abbé du Bos ne connoissoit même en ce genre que la description d’un assaut qui se trouve dans l’ode de Despreaux sur la prise de Namur ; le poëte, dit-il, y dépeint en phrase imitative le soldat qui gravit contre une breche, & qui vient le fer & la flamme en main,

Sur les monceaux de piques,
De corps morts, de rocs, de briques,
S’ouvrir un large chemin.

Je n’examinerai pas si l’exemple de l’Abbé du Bos est très-bon ; je dirai seulement qu’on en citeroit peu de meilleurs dans notre langue. Les poëtes anglois sont plus fertiles que les nôtres en phrases imitatives, comme Adisson l’a prouvé par plusieurs traits admirables tirés de Milton. J’en trouve aussi quelquefois dans le Virgile de Dryden, où il peint avec plaisir les objets par des phrases imitatives ; témoin la description suivante du travail des Cyclopes.

One stirs the fire and one the bellows blows,
The hissing steel in the smithy drownd ;
The grot with beating anvils groans around,
By turns their arms advance in equal time,
By turns their hand descend, and hammers chime.
They turn the glowing mass with crooked tongs
The fiery work proceeds with rustick songs.

(D. J.)