L’Encyclopédie/1re édition/INCUBE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 659-660).
◄  INCUBATION
INCUBO  ►

INCUBE, s. m. (Divinat.) nom que les Démonographes donnent au démon quand il emprunte la figure d’un homme pour avoir commerce avec une femme.

Delrio, en traitant de cette matiere, pose pour premier axiome incontestable que les sorcieres ont coutume d’avoir commerce charnel avec les démons, & blâme fort Chytrée, Wyer, Biermann, Godelman, d’avoir été d’une opinion contraire, aussi-bien que Cardan & Jean-Baptiste Porta, qui ont regardé ce commerce comme une pure illusion.

Il est vrai que saint Justin, martyr, Clément Alexandrin, Tertullien, saint Cyprien, saint Augustin & saint Jérôme ont pensé que ce commerce étoit possible ; mais de la possibilité à l’acte il y a encore une grande distance. Delrio prouve cette possibilité, parce que les démons peuvent prendre un corps & des membres phantastiques, les échauffer jusqu’à un certain degré. Quant à la semence nécessaire à la consommation de l’acte vénérien, il ajoûte que les démons peuvent enlever subtilement celle que des hommes répandent dans des illusions nocturnes ou autrement, & en imiter l’éjaculation dans la matrice : d’où il conclut que les incubes peuvent engendrer, non pas de leur propre nature, puisque ce sont des esprits, mais parce que la semence qu’ils ont ainsi enlevée conserve encore assez d’esprits vitaux & de chaleur pour contribuer à la génération.

Pour appuyer ce sentiment, cet auteur cite sérieusement ce que les Platoniciens ont pensé du commerce des hommes avec les génies ; ce que les Poëtes ont dit de la naissance des demi-dieux, tels qu’Enée, Sarpedon, &c. & ce que nos vieilles chroniques racontent de l’enchanteur Merlin. Les faits de sorcellerie qu’il ne rejette jamais, viennent aussi à son secours. On peut juger par la solidité de ces preuves, de celle de l’opinion qu’il soutient, & que le lecteur peut voir en son entier dans les disquisitions magiques de cet auteur, liv. II, quest. 15, pag. 159 & suiv.

Il est bien plus raisonnable de penser que tout ce qu’on raconte des incubes, & ce qu’en ont dit elles-mêmes les sorcieres dans leurs dépositions, est l’effet d’une imagination ardente & d’un tempérament fougueux. Que des femmes abandonnées à la dépravation de leur cœur, embrasées de desirs impurs, ayent eu des songes & des illusions vives, & ayent cru avoir commerce avec les démons, il n’y a rien-là de si étonnant qu’à s’imaginer qu’on est transporté dans les airs sur un manche à balai, qu’on danse, qu’on fait bonne chere, qu’on adore le bouc, & qu’on a commerce avec lui ou avec ses suppôts. Tout ceci cependant ne passe parmi les esprits sensés, que pour des effets d’une imagination vivement frappée ; il lui en coûte encore moins d’efforts pour supposer des incubes.