L’Encyclopédie/1re édition/INJUSTICE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 754).
◄  INJUSTE
INN  ►

INJUSTICE, s. f. (Droit naturel.) violation des droits d’autrui ; il n’importe qu’on les viole par avarice, par sensualité, par un mouvement de colere, ou par ambition, qui sont autant de sources intarissables des plus grandes injustices ; c’est le propre au contraire de la justice, de résister à toutes les tentations par le seul motif de ne faire aucune breche aux lois de la société humaine. Voyez Justice.

On conçoit néanmoins qu’il y a plusieurs degrés d’injustice, & l’on peut les évaluer par le plus ou le moins de dédommagement qu’on cause à autrui : ainsi les actions où il entre le plus d’injustice, sont celles qui troublant l’ordre public, nuisent à un plus grand nombre de gens.

Hobbes prétend que toute injustice envers les hommes suppose des lois humaines, & ce principe est très-faux ; car, quoique les maximes de la droite raison, ou les lois naturelles, soient des lois de Dieu seul, elles sont plus que suffisantes pour donner à l’homme un vrai droit de faire ce que la raison lui dicte, comme permis de Dieu. Une personne innocente, par exemple, a droit à la conservation de sa vie, à l’intégrité de ses membres, aux alimens nécessaires ; & sans toutes ces choses, elle ne pourroit pas contribuer à l’avancement du bien commun : ainsi on lui feroit certainement une criante injustice de lui ôter la vie, de lui retrancher quelque membre, parce que toute atteinte donnée aux droits d’autrui, est une injustice, quelle que soit la loi humaine, en vertu de laquelle on a acquis ces droits. (D. J.)