L’Encyclopédie/1re édition/LACERNE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  LACERATION
LACERT  ►

LACERNE, s. f. lacerna, lacernum, (Littér.) nom d’une sorte d’habit ou de capote des Romains ; j’en ai déja parlé au mot habit des Romains ; j’ajoute ici quelques particularités moins connues.

La lacerne étoit une espece de manteau qu’on mettoit par-dessus la toge, & quand on quittoit cette robe, par-dessus la tunique ; on l’attachoit avec une agraffe sur l’épaule, ou par devant. Elle étoit d’abord courte, ensuite on l’allongea. Les pauvres en portoient constamment pour cacher leurs haillons, & les riches en prirent l’usage pour se garantir de la pluie, du mauyais tems, ou du froid aux spectacles, comme nous l’apprenons de Martial.

Amphitheatrales nos commendamur ad usus,
Quùm tegit algentes nostra lacerna togas.

L’usage des lacernes étoit fort ancien dans les armées de Rome ; tous les soldats en avoient. Ovide, liv. II. des Fastes, v. 745, nous apprend que Lucrece pressoit ses esclaves d’achever la lucerne de son mari Collatinus, qui assiégeoit Ardée.

Mittendo est domino, nunc nunc properate, puella,
Quàm primùm nostrâ facta lacerna manu.

Mais sur la fin de la république, la mode s’en établit à la ville comme à l’armée ; & cette mode dura pour les grands jusqu’aux regnes de Gratien, de Valentinien & de Théodose, qui défendirent aux sénateurs d’en porter en ville. Les femmes s’en servoient même le soir, & dans certains rendez-vous de galanterie, la clara lacerna d’Horace, satyr. VII. liv. II. v. 48, c’est-à-dire le manteau transparent, vaut tout autant pour la leçon du texte, que la clara lucerna, la lampe, allumée de Lambin.

Il y avoit des lacernes à tout prix. Martial parle de quelques-unes qu’on achetoit jusqu’à dix mille sexterces. Enfin si vous êtes curieux d’épuiser vos recherches sur ce sujet, voyez les auteurs de re vestiariâ Romanorum, & Saumaise dans ses notes sur Spartien & sur Lampridius. (D. J.)